Home

KELEIER / ACTUALITES

Eur steredenn / Une Etoile.

   Euz pep korn euz unan euz touriou braz iliz-veur Lausanne e Bro-Suis e klever en noz, goude an unneg taol skoet gand ar c’hloc’h anvet Mari-Madalen, eur vouez kreñv o lavared da gement den a zo dihun : «Ar ged eo! Sonet e-neus unneg, sonet e-neus unneg!» Ha kement-se a c’hoarvez evel-se bep nozvez abaoe c’hwec’h kant vloaz. Eur vouez a zen eo o rei da gleved an eur e-kreiz an noz du, ’vel ma vefe o veilla war kousk ar gêr a-bez. Ar gedour a ra al labour-se, hag a zo paeet evid hen ober, a zo eüruz gand e labour. Eun draig a netra eo, ’vel eur vleunienn kinniget deoc’h a-greiz pep kreiz pe eur mousc’hoarz dihortoz profet deoc’h a galon vad.
   Or bed a-hirio e-neus ezomm braz euz an traouigou a-netra-ze, a zeu war ar marhad ha ne vezer ket o c’hortoz. Bez’ ez int jestrou pe gomzou a ra d’ar vuhez beza skañvoc’h, vel eur sklêraenn e-kreiz koumoul du. N’eo ket ar c’houmoul du a vank deom e penn-kenta ar bloaz nevez-mañ, med ne zervij da netra en em lezel da veza beuzet ganto. Gwelloc’h eo en em rei da huñvreal eun tamm hag «kas da benn an traou bihan-se a jeñch liou ar vuhez» peogwir e roont tro deom peurliesa da ober eun dra bennag evid ar re all, pe c’hoaz da estlammi dirag kaerder ar bed. Ar vugale a zo maout da weled ar pez ne ouezom-ni ket gweled hag a ra dezo beza laouen. Er mintin-se e oa chomet a-zav ar vamm gand he labour, hag e selle, bamet, ouz ar c’houmoul en oabl. Ar re-mañ o-doa eul liou roz tener burzuduz, hag a gemere a nebeudou stummou disheñvel. Lavared a reas d’he faotrig : «Sell ’ta ouz ar c’houmoul en oabl en dremmwel! Na pegen kaer int!» Hag hemañ da respont, feuket eun tammig : «Mammig, n’int ket koumoul, med ti an heol eo. Peus ket soñj ? Dec’h d’an noz, d’ar c’huz-heol, e oa dija evelse, ti an heol eo !»
   An neb a oar lakaad liou nevez war ar pez a zo koz, hag a zeblant beza ordinal ha divlaz, a gavo e pep digouez peadra da vaga e c’hoant beva. Or sklêrijenn diabarz , maget gand ar garantez, eo an hini a boulz ahanom bemdez da lavared ya d’ar vuez, zokén e-kreiz ar gwasa trubuillou. Eur steredenn a zo bet awalc’h evid lakaad ar Majed en hent. Da bep hini e steredenn. Med evid kavoud anezi e ranker kredi ez-eus anezi, hag he c’hlask, marteze gand sell eur bugel, ’n’eur c’houzoud n’om ket greet evid teñvalijenn eun noz... heb mouez na kloc’h...

Quand les cloches de Lausanne sonnaient faux | 24 heures

   Aux quatre coins de l’une des tours de la cathédrale de Lausanne en Suisse, on entend, la nuit, après les onze coups frappés par la cloche Marie-Madeleine, une voix forte proclamer à tous ceux qui sont éveillés : «C’est le guet! Il a frappé onze, il a frappé onze!» Il en est ainsi chaque nuit depuis six cents ans. C’est une voix d’homme qui donne à entendre l’heure au milieu de la nuit noire, comme si elle veillait sur le sommeil de toute la ville. Le veilleur qui accomplit cette fonction, et qui est payé pour le faire, est heureux dans son travail. C’est une petite chose de rien, comme la fleur qui vous est offerte au milieu de tout, ou le sourire inattendu qui vous est offert de bon coeur.
   Le monde d’aujourd’hui a grand besoin de ces petites choses de rien, qui sont gratuites et que l’on n’attend pas. Ce sont des gestes ou des paroles qui rendent la vie plus légère, ou une éclaircie au milieu de sombres nuages. Ce ne sont pas les sombres nuages qui nous manquent au tout début de cette nouvelle année, mais il sert de rien de se laisser noyer paar eux. Il vaut mieux rêver un peu et «accomplir ces petites choses qui changent la couleur de la vie», car la plupart du temps elles nous donnent l’occasion de faire quelque chose pour d’autres, ou encore d’admirer la beauté du monde. Les enfants sont les meilleurs pour voir ce que nous ne voyons pas et qui les rend joyeux. Ce matin-là la maman s’était arrêtée dans son travail pour contempler les nuages dans le ciel. Ils étaient d’un merveilleux rose tendre, et prenaient peu à peu des formes différentes. Elle dit à son petit garçon : «Regarde donc les nuages dans le ciel à l’horizon! Qu’ils sont beaux!» Et celui-ci de répondre, un peu vexé : «Maman, ce n’est pas des nuages, mais c’est la maison du soleil. Tu ne te rappelles pas ? Hier soir, au coucher du soleil, c’était déjà comme ça, c’est la maison du soleil!»
   Celui qui sait mettre de nouvelles couleurs sur ce qui est ancien, et semble ordinaire et fade, trouvera en toute circonstance de quoi nourrir son désir de vivre. Notre lumière intérieure, nourrie par l’amour, est celle qui nous pousse chaque jour à dire oui à la vie, même au coeur des pires soucis. Il a suffit d’une étoile pour mettre en route les Mages. A chacun son étoile. Mais pour la trouver, il faut croire qu’elle existe, et la chercher avec peut-être le regard d’un enfant, en sachant que nous ne sommes pas faits pour la ténêbre d’une nuit...sans voix ni cloche... Nous trouverons de l’aide, si nous le voulons !

Job an Irien

Bloavez mad deoc'h oll / Bonne année à tous.

   Setu dirazom eur bloaz nevez, eur bloavez kinniget deom, da zigemer ha da veva, hag hervez ar c’hiz e hetan deoc’h yehed, levenez ha peoc’h. Yehed da genta, anad eo, rag heb yehed e vez diêz kas da benn an ero bet boulhet abaoe pell ’zo evid lod, hag a-vec’h digoret evid ar re yaouanka. Nag a drubuillou on-eus bet en daou vloaz diweza gand ar C’hovid-naonteg hag a vire ouzom da gas da benn or raktresou, zokén pa ne skoe ket war-eeun warnom. Hervez ar studi on-noa greet diwar-benn ar vosenn e Penn-ar-Bed, e oa ral e padfe eur c’hleñved-red ouspenn daou vloaz. Fiziañs on-eus e vezo evel-se evid ar C’hovid goude miz meurz, ma vez fur awalc’h an dud. Gwelloc’h yehed a zigorfe en-dro dor an daremprejou.

   Ma komzan euz daremprejou eo peogwir ema aze, a zoñj din, eienenn al levenez. Hag greet om evid al levenez ! P’on-nez tro da ober anaoudegez da vad gand tud n’anavezem ket, pa gresk ar mignoniaj, pa zantom om komprenet, digemeret ha karet, e teu deom levenez. Ha pep devez a c’hell beza eun devez a levenez ma fell deom. Or sell war on devez, or sell war an dud tro-dro deom hag or sell warnom on-unan a c’hell liva pep tra e du. Med ma ’z-eus ennom eur gwir c’hoant da veva, e c’hellom ive gweled ha dizolei ar pez a zo kaer, ar pez a zo nevez hag a roio frouez, ha kement-se n’eo ket en traou hepkén, med ive en dud. Alhwez al levenez eo, hag e c’hellom bemdez digeri pe dor an dristidigez pe hini al levenez. Deom-ni da zibab !

   An trede tra a hetan deoc’h eo ar peoc’h, peoc’h er famill, peoc’h etre breudeur, mignoned hag amezeien, peoc’h er galon. Ar peoc’h-se a zo da veza gounezet bemdez, rag bemdez e c’heller beza direñket gand ar pez a c’hoarvez, gand doareou disheñvel da zoñjal pe da ober. Asanti beza direñket a zigor ar spered hag ar galon war ar pez n’anavezem ket, ma ’z-eus eur gwir peoc’h en on donded. Ar gwir peoc’h don-se a zeu, evidon-me, euz ar zantimant da veza karet gand an Hini ne varn ket ahanon, med a skoazell ahanon gand e garantez. Evidon eo Doue, evid lod all eo eun uhelvennad bennag pe c’hoaz unan bennag hag o-deus fiziañs ennañ. Ra vo peoc’h braz en ho kalon penn da benn ar bloaz nevez-mañ. Gand yehed, levenez ha peoc’h e c’hellim treuzi 2022 ha stourm ouz an aveliou foll ! Bloavez mad da bep hini !

   Voici devant nous une nouvelle année, une année qui nous est offerte, à accueillir et à vivre, et selon la coutume je vous souhaite santé, joie et paix. Santé d’abord évidemment, car sans santé il est difficile de mener à bien le sillon ouvert depuis longtemps pour certains, et à peine ébauché pour les plus jeunes. Que de soucis nous avons eus les deux dernières années du fait du Covid-19 qui nous empêchait de mener à bien nos projets, même si nous n’étions pas directement atteints. D’après l’étude que nous avons menée au sujet de la peste en Finistère, il était rare que l’épidémie dure au-delà de deux ans. Nous espérons qu’il en sera de même pour le Covid après le mois de mars, si les gens sont suffisamment sages. Une meilleure santé rouvrirait la porte des relations.
   Si je parle des relations c’est parce que, à mon avis, c’est là que se trouve la source de la joie. Et nous sommes faits pour la joie ! Lorsque nous avons l’occasion de faire réellement la connaissance de personnes que nous ne connaissions pas, quand grandit l’amitié, quand nous nous sentons compris, accueillis et aimés, la joie nous vient. Et chaque jour peut être un jour de joie si nous le voulons. Notre regard sur notre journée, notre regard sur les gens autour de nous et sur nous-mêmes peut tout peindre en noir. Mais s’il y a en nous un vrai désir de vivre, nous pouvons aussi voir et découvrir ce qui est beau, ce qui est neuf et qui donnera du fruit, et cela non seulement dans les choses, mais aussi chez les gens. C’est la clé de la joie, et nous pouvons chaque jour ouvrir soit la porte de la tristesse, soit celle de la joie. A nous de choisir !
   La troisième chose que je vous souhaite c’est la paix, la paix dans la famille, la paix entre frères, amis et voisins, la paix du coeur. Cette paix est à gagner chaque jour, car chaque jour on peut être dérangé par ce qui arrive, par des façons différentes de penser ou d’agir. Accepter d’être dérangé ouvre l’esprit et le coeur sur ce que nous ne connaissions pas, s’il y a une vraie paix au plus profond de nous. Cette vraie paix profonde vient, pour moi, du sentiment d’être aimé par Celui qui ne me juge pas, mais m’aide de son amour. Pour moi c’est Dieu, pour d’autres ce sera quelque grand idéal ou encore quelqu’un en qui ils ont confiance. Qu’une grande paix soit dans vos coeurs tout au long de cette nouvelle année. Avec santé, joie et paix nous pourrons traverser 2022 et lutter contre les mauvais coups de vent. Bonne année à chacun !

Job an Irien d'ar 30 a viz kerzu / le 30 décembre.

An Niverenn (177) MINIHI LEVENEZ numéro (177) de la revue MINIHI LEVENEZ:

 

 

Marcel Callo

Pez-C'hoari gand Goulc'han Kervella

Pièce de théatre de Goulc'han Kervella 

Koumanant bloaz (Bep eil miz) Abonnement annuel à la revue "MINIHI LEVENEZ": 50€

KLIKIT AMAÑ / CLIQUEZ ICI :

M'ho peus c'hoant kaout leoriou pe bladennou / Bon de commande

Eur c’havell / Un berceau

 Bep tro ma vez ganet eur bugelig er bed, ez eo vel eur c’hreunenn nevez taolet en douar ha galvet da greski, evid rei frouez d’he zro evid gwella mad ar bed. Evel-se e tlefe beza bepred, rag ar vuez ne c’houlenn nemed mond war-raog ha bleunia. Allaz kalz re a vugale ne resevont nag ar vagadurez nag ar garantez tener o-defe ezomm anezo evid gelloud d’o zro rei sklêrijenn.  Nedeleg - da lavared eo Ginivelez Jezuz -a zo gwir sklêrijenn hag eienenn a levenez peogwir e tisklêr e c’hell ar vuez difoupa zokén e kreiz ar vrasa paourentez hag ar gwasa dañjer ma ’z-eo digemeret gand karantez. Ar garantez eo a ra burzudou. Setu ar c’helou embannet gand steredenn Nedeleg. Houmañ ne lugern ket en oabl evid ober brao, med hepkén evid sacha on evez war-zu eul laouer ’lec’h m’eo astennet ar babig nevez-ganet.        Bez emaom e miz ar goursao-heol. Ema ar sklêrijenn o vond da grignad tamm ha tamm teñvalijenn an noz hag e tispourbello on daoulagad. Gweled a raim ar garantez en had. Chom a raim a-zav da zelled heb fin ouz ar pez n’eo nemed teñvalijenn ha ne domm den ebed. Digeri a reom or skouarn hag or c’halon da gan an êlez hag e kanim ganto. Liou ar bed n’eo ket heñvel kén ma sellom outañ gand karantez ar babig nevez-ganet : gweled a reom neuze ar pez a oa kuzet d’on daoulagad, troet kalz re warnom on-unan. N’eus nemed an hini bihan a welfe giz braz an traou bihan-se peogwir int karget a garantez! Gand an hini bihan-se e welim stered an noz : bez’ ez int daoulagad lugernuz an esperañs. Eñ e-unan a lak anezo da logerni evidom.        An hini bihan-se ’neus greet hent euz paourentez e gavell kenta beteg krizder noaz ar groaz. N’e-noa koulskoude hadet nemed sklêrijenn gand peoc’h, pardon ha karantez. Med ar sklêrjenn a zo kaled pa ne greder ket er garantez. Keid ma welom Doue vel barner ha mestr, ha nann vel an hini a c’halv pep hini d’ar vuez hag e-neus fiziañs ennom, ne ouezim seurd ebed euz kaerder or buez. Abaoe Nedeleg ema ganeom oc’h ober hent. hag euz e gavell kenta beteg an hini a lako da darza gand e adsao e lavar deom heb fin : kared a ran ahanout !Berceau de Noël à Saarburg, Sarre, Rhénanie-Palatinat, Allemagne Photo  Stock - Alamy         Chaque fois que nait un petit enfant au monde, c’est comme une nouvelle graine jetée en terre et appelée à grandir pour donner du fruit à son tour pour le meilleur bien du monde. Cela devrait être toujours ainsi, car la vie ne demande qu’à aller de l’avant et fleurir. Hélas beaucoup trop d’enfants ne reçoivent ni la nourriture ni le tendre amour dont ils auraient besoin pour pouvoir à leur tour donner de la lumière. La fête de Noël - c’est à dire la naissance de Jésus - est vraie lumière et source de joie puisqu’elle déclare que la vie peut surgir même au coeur de la plus grande pauvreté et du pire danger si elle est accueillie avec amour. C’est l’amour qui fait des miracles. Voilà la nouvelle annoncée par l’étoile de Noël. Celle-ci ne brille pas dans le ciel pour faire joli, mais seulement pour attirer notre attention vers la mangeoire où est allongé l’enfant nouveau-né.        Nous sommes dans le mois du solstice. La lumière va grignoter peu à peu l’obscurité de la nuit, et nous écarquillerons nos yeux. Nous verrons l’amour semé. Nous arrêterons de regarder sans fin ce qui n’est qu’obscurité et ne réchauffe personne. Nous ouvrirons nos oreilles et notre coeur au chant des anges et nous chanterons avec eux. La couleur du monde n’est plus la même si nous le regardons avec l’amour de l’enfant nouveau-né : nous verrons alors ce qui était caché à nos yeux, parce que trop tournés vers nous-mêmes. Il n’y a que le petit à voir comme grandes ces petites choses, car elles sont  remplies d’amour. Avec ce petit nous verrons les étoiles de la nuit : elles sont les yeux brillants de l’espérance. C’est lui qui les fait briller pour nous.        Ce petit a fait route depuis la pauvreté de son premier berceau jusqu’à la cruelle nudité de la croix. Il n’avait pourtant semé que de la lumière avec paix, pardon et amour. Mais la lumière est dure quand on ne croit pas à l’amour. Tant que nous voyons Dieu comme juge et maître, et non comme celui qui appelle chacun à la vie et qui a confiance en nous, nous ne saurons rien de la beauté de notre vie.  Depuis Noël il chemine avec nous, et depuis son premier berceau jusqu’à celui qu’il fera éclater par sa résurrection, il nous dit sans fin : Je t’aime !                                Job an Irien d'ar 24 a viz kerzu / le 24 décembre

30ed deiz-ha-bloaz Minihi 30ed deiz-ha-bloaz Minihi dsc03138 dsc03140 dsc03143 dsc03144 dsc03145 dsc03147 dsc03148 dsc03149 dsc03153 dsc03155 dsc03157 dsc03161 dsc03162 dsc03163 dsc03164 dsc03165 dsc03166 dsc03167 dsc03168 dsc03172 dsc03173 dsc03174 dsc03176 dsc03177 dsc03181
<< > || >>
Free business joomla templates