Home

KELEIER / ACTUALITES

Bugale / Des Enfants.

   Gand goueliou Pask om oll galvet da veza nevez en-dro ! Mall eo deom kuitaad ar gwenojennou koz hag ijina gwenojennou nevez ma fell deom e vefe kaerroc’h an amzer da zond. Med keid ha m’ema ar c’hovid ’vel eun danjer a-zioc’h or penn ne gredom ket mond war-raog... ha koulskoude e ouezom mad e vezo dao deom deski beva gand eur c’hleñved-red bennag heb terri lañs ar vuez. En deiz ma vezo vaksinet ar peb brasa euz an dud ez aio gwelloc’h an traou, gwir eo, med dija marteze e c’hellom kredi startaad on daremprejou heb kaoud aon. Ar vuez ne ’z-a ket war a-dreñv, hag etre on daouarn ema !
   Ma lavaran kement-se eo peogwir am-eus lennet ez-eus bet dija 7% nebeutoc’h a vugale ganet e miz kerzu 2020 skoaz-skoaz gand miz kerzu 2019. Efed ar C’hovid eo, eun efed hag a lavar deom on-eus lezet an aon d’en em zila er or c’halonou. Daoust hag e kendalhim epad pell da vond war-draoñ evel-se? Poent eo deom sevel or penn ha sikour ar fiziañs da c’hounid : an nevez-amzer, hag a zispak e peb lec’h, a c’hell rei kalon deom. Kentoc’h eged termad, eo gwelloc’h deom trugarekaad peogwir eo deuet a-benn an den da zevel meur a vaksin dindan nebeutoc’h hag eur bloaz, ar pez a zeblante dibosubl bloaz ’zo ! Pa lak an dud o skiant hag o ampartiz asamblez, e weler mad int gouest da ober burzudou.
   Keid ha ma soñjo ar famillou eo kaer kaoud daou vugel d’an nebeuta e teuim a-benn da gempoueza poblañs or bro, hag e c’hello ar re a labour paea eur retred d’ar re goz. Med arabad deom lezel efed ar C’hovid da badoud ; gouzoud a reom efedou spontuz al lezenn ‘eur bugel hepkén dre famill’ e Bro-China. Ar bugel a zo mousc’horaz an amzer da zond, ’vel m’eo ar bleuniou mousc’hoarz an nevez-amzer. ’N’eur vadezi eur bugel e ofis Pask, e soñjen e brokusted an Aotrou Doue a lak ar vuez da ziwan e pep korn euz ar bed. Deom-ni oll eo ober ar pez a zo red evid ma c’hellfe an oll vugale beza digemeret gand karantez ha savet mad evid rei d’o zro o finvidigeziou d’ar bed ! Kaerder an amzer da zond a vezo etre o daouarn !

Vecteurs Enfants Dessin gratuits, 117 000+ Illustrations format AI, EPS

   Les fêtes de Pâques nous appellent tous à nous renouveler ! Il est urgent que nous quittions les vieux sentiers et que nous en inventions de nouveaux si nous voulons que l’avenir soit plus beau. Mais tant que la Covid est là comme un danger au-dessus de nos têtes, nous n’osons pas aller de l’avant... et pourtant nous savons bien qu’il nous faudra apprendre à vivre avec une épidémie quelconque sans casser l’élan de la vie. Le jour où la plupart des gens seront vaccinés, cela ira mieux c’est vrai, mais nous pouvons peut-être déjà renforcer nos relations sans avoir peur. La vie ne va pas en arrière, et elle est entre nos mains !
   Si je dis cela, c’est parce que j’ai lu qu’il y a eu 7% de naissances en moins en décembre 2020 par rapport à décembre 2019. C’est un effet de la Covid, ce qui signifie que nous avons laissé la peur s’introduire dans nos coeurs. Continuerons-nous longtemps à suivre cette poente descendante ? Il est temps de relever la tête et d’aider la confiance à gagner : le printemps, qui s’épanouit partout, peut nous encourager. Plutôt que de geindre, il vaut mieux remercier, car l’homme a été capable d’inventer plusieursd vaccins en moins d’un an, ce qui paraissait impossible il y a un an ! Lorsque les hommes mettent en commun leur science et leur compétence, on voit bien qu’ils sont capables de faire des merveilles.
   Tant que les familles penseront que c’est une belle chose d’avoir au moins deux enfants, nous arriverons à équilibrer la population du pays, et ceux qui travaillent arriveront à payer une retraite aux anciens. Mais il ne faut pas que nous laissions perdurer l’effet da la Covid : nous savons les effets épouvantables de la loi de l’enfant unique par famille en Chine. L’enfant est le sourire de l’avenir comme les fleurs sont le sourire du printemps. En baptisant un enfant au cours de l’office de Pâques, je pensais à la générosité de Dieu qui fait éclore la vie aux quatre coins du monde. C’est à nous de faire le nécessaire pour que tous les enfants puissent être accueillis avec amour et bien élevés pour qu’à leur tour ils puissent transmettre leurs richesses au monde ! La beauté de l’avenir sera entre leurs mains !

Job an Irien d'ar 8 a viz ebrel / le 8 avril.

Pask / Pâques

   A gement am-eus soñj, ar ger 'Pask', pa vedon bihan, e-noa evidon meur a ster disheñvel. Da genta e welan va mamm o rei yodig d'am c'hoar vihan, ganet da fin ar brezel. Va mamm a lavare e oa o paska boued d'an hini vihan. Kemer a rae eul loaiadig a yod tomm, hag e tañvae al loaiadig-ze, gand aon na vefe re domm pe e chomfe pouloud, araog rei anezi d'ar bugelig. Alese on deuet da zoñjal abred e oa goueliou Pask ar mare euz ar bloaz ’lec'h ma teue Jezuz da 'baska' deom or buez, da vired na vefe ket re galed! Ar skeudenn all a zeu din dioustu war va spered eo hini va zad o walhi deom on treid d'ar yaou-gamblid goude koan. Ar wech nemeti a oa dezañ kaoud jestrou a deneridigez evel-se evidom. Goulenn a rae diganeom azeza war ar bank dirag ar gweleou-kloz ha dilemel on loerou. Lakaad a rae dour klouar en eur zaill ha tremen dirag pep hini ahanom en eur walhi deom on treid gand eur vanegenn hag o seha anezo goude-ze : "Ar Yaou-Gamblid eo", emezañ, ha va mamm a zisplege deom perag e rae on tad evel-se.
   Ar skeu!denn all euz mareou Pask eo hini Sul ar Bleuniou. Ni, ar vugale, on-neze ar garg da lakaad eur bod beuz benniget e kement savadur. Va mamm a rae war-dro an ti, ha ni war-dro ar c'hreier a-vec'h distroet euz an overenn ’lec'h ma oa bet benniget ar beuz. Goude lein ez aem gand on tad, euz an eil park d'egile, da lakaad eur bodig beuz e kement toull-ode, evid ma vefe gwarezet an drevajou. Kement-se a gemere kalzig amzer, rag lod euz ar parkeier a oa pell diouz ar gêr. Eur mare laouen e oa, rag dre ma ’z-eem e konte deom on tad diwar-benn ar pez a oa bet c'hoarvezet e park pe bark.
   Soñj mad am-eus dalhet euz ar zantimant a beoc'h a rene em c'halon d'ar mare-ze euz ar bloaz, rag gand Pask e veze ar vuez o vleunia en-dro. Lida a raem trec'h ar vuez war ar maro hag an esperañs eo a c'houneze. Hag en em c'houlennan a-wechou : peseurt esperañs a room-ni d'or bugale hirio ha peseurt jestrou a gavom-ni da dreuskas dezo an esperañs a zo ennom ? Levenez Pask a zo evid an oll. Daoust da drubuillou on amzer ez-eus gwenojennou nevez da zigeri ha da zizolei ! Pask laouen da bep hini !

À Jérusalem déconfinée, les chrétiens ont le sentiment de "revivre" pour  Pâques | The Times of Israël
   Pour autant que je m'en souvienne, le mot 'Pâques', quand j'étais petit, avait pour moi plusieurs sens différents. D'abord, je voyais ma mère donner de la bouillie à ma petite soeur, née à la fin de la guerre. Ma mère disait qu'elle était en train de 'nourrir' (paska) la petite. Elle prenait une cuillerée de bouillie chaude, goûtait cette cuillerée, de peur qu'elle soit trop chaude ou que s'y trrouvent des grumeaux, avant de la donner à l'enfant. De là j'en suis venu à penser rapidement que les fêtes de Pâques étaient le moment de l'année où Jésus venait 'nourrir' notre vie pour qu'elle ne soit pas trop dure.
   Une autre image me vient aussitôt à l'esprit, c'est celle de mon père nous lavant les pieds le jeudi-saint après le repas du soir. C'était la seule fois où il avait des gestes de tendresse envers chacun de nous. Il nous demandait de nous asseoir sur le banc devant les lits-clos, et d'enlever nos chaussettes. Il versait de l'eau tiède dans un seau et passait devant chacun de nous en nous lavant les pieds à l'aide d'un gant, puis en les sèchant tendrement : "C'est le jeudi-saint !" et maman nous expliquait pourquoi papa agissait ainsi.
   L'autre image du temps de Pâques est celle du dimanche des Rameaux. Nous, les enfants, nous avions la responsabilité de mettre un brin de buis bénit dans tous les bâtiments. Ma mère le faisait pour la maison, et nous nous occupions des crèches, à peine revenus de la messe où le buis avait été bénit. L'après-midi nous allions avec notre père d'un champ à l'autre mettre un brin de buis à l'entrée de chaque champ pour protéger les cultures. Ceci prenait pas mal de temps, car certains champs étaient loin de la maison. C'était un moment joyeux, car au fur et à mesure de notre marche, papa nous racontait ce qui s'était passé dans tel ou tel champ.
   J'ai bien souvenir du sentiment de paix qui remplissait mon coeur en cette période de l'année, car avec Pâques la vie refleurissait. Nous célébrions la victoire de la vie sur la mort et c'est l'espérance qui gagnait. Et je me demande parfois : quelle espérance donnons-nous aujourd'hui à nos enfants, et quels gestes trouvons-nous pour transmettre à nos enfants l'espérance qui est en nous ? La joie de Pâques est pour tous. Malgré les troubles de notre temps, il y a de nouveaux sentiers à ouvrir et à découvrir ! Joyeuses Pâques à tous !

Job an Irien d'ar 2 a viz ebrel / le 2 avril.

An Niverenn Nevez (174) MINIHI LEVENEZ : Gounid ar Baradoz / Gagner le Paradis.

 An niverenn-mañ "Gounid ar baradoz" a zo 'vel eun hent war-zu Pask, eur skiêrijenn ar C'hovid. Ma ro tro deoc'h d'en em zoñjal, deom petra "neus plijet deoc'h pe souezet ahanoc'h !

Ce numéro "Gagner le paradis" est un peu comme un chemin vers Pâques, une lumière dans l'obscurité du Covid. S'il vous donne l'occasion de méditer, faites-nous part de vos réflexions et de vos questions !

Koumanant bloaz (Bep eil mizAbonnement annuel à la revue MINIHI LEVENEZ : 50€  KLIKIT AMAÑ / CLIQUEZ ICI : M'ho peus c'hoant kaout leoriou pe bladennou / Bon de commande.

30ed deiz-ha-bloaz Minihi 30ed deiz-ha-bloaz Minihi dsc03138 dsc03140 dsc03143 dsc03144 dsc03145 dsc03147 dsc03148 dsc03149 dsc03153 dsc03155 dsc03157 dsc03161 dsc03162 dsc03163 dsc03164 dsc03165 dsc03166 dsc03167 dsc03168 dsc03172 dsc03173 dsc03174 dsc03176 dsc03177 dsc03181
<< > || >>
Free business joomla templates