Home

KELEIER / ACTUALITES

Kontadenn / Une Histoire

N’eus ket gwelloc’h eged ar gomz hag eur zell madelezuz evid sacha unan bennag euz e lagenn ! Yann an Du a gonte an istor-mañ, eun istor wir, evid rei da gomprenn an dra-ze. En eun ti a vugale ampechet en o izili eo c’hoarvezet ar pez a ’z-an da gonta deoc’h. Goude lein e oa, just warlerc’h ar pred. Yannig, eur pôtr a zeg vloaz hag a valee gand sikour flahou, a oa deuet er-mêz euz ar zal-debri eun tammig araog ar re all, hag a yee euz an eil penn d’egile euz an trepas diavêz. Red eo lavared e oa an trepas-se ’vel eur c’hloastr a skoe war eul liorz diabarz. Dre ar prenescher e veze gwelet al liorz. E miz c’hwevrer e oa, ha Yannig ’noa gwelet dre ar prenestr eur vleunienn digor e-kreiz al liorz, eur vleunienn kamelia roz, an hini genta er wezennig-ze bet plantet araog ar goañv. Amzer eun taol-lagad hag e lakeas en e benn mond da gutuill anezi evid e vignonez Lena.
Den ebed tro-war-dro d’e zikour da vond beteg eno. Mond a rafe memestra ! Digeri a reas eun nor, hag en eur jilgammad ez eas, kammed goude kammed, gand ar wenojenn beteg kreiz al liorz. Harpet mad war unan euz e flahou, e lezas eben war an douar, hag e stouas evid dispega ar skourrig a zouge ar vleunienn. Dond a reas a-benn d’henn ober, med pa zavas e gein en-dro, e rinklas ar flac’h hag e kouezas war e reor, ar vleunienn atao gantañ en e zorn dehou. Penaoz sevel bremañ ? Aliez, pa goueze evel-se, e rañke unan bennag dond d’e zikour da zevel beteg beza en-dro sonn war e gillorou. Pèr, ar pôtr yaouank a ree war e dro, pa zeuas er-mêz euz an zal-debri, a welas dioustu Yannig kouezet e-kreiz al liorz. Mond a reas d’e gavoud. Daoubleget dirazañ, e lavaras dezañ : «Yannig, Sao ’ta ! Gouest out !» Yannig a glaskas sevel, med ne zeuas ket a-benn. Pèr a oa atao dirazañ, o para e zaoulagad warnañ heb ger ebed gantañ. Yannig a yeas ’vel e kounnar. Ha neuze, en eur gemer harp war e ilinou, e teuas a-nebeudou a-benn da zevel e reor ha da zevel e gein : en e zav e oa ! Eur mousc’hoarz ledan a oa war e fas.
Pèr n’e-noa ket lohet, na distaget eur gér. Yannig a lavaras dezañ, lorc’h ennañ : «Te ’lavaro dezo am-eus greet va-unan !» Pèr a gendalhe da bara e zaoulagad warnañ, heb an disterra gér. Yannig ne gomprene ket... A-benn eur vunutenn hir e troas e benn da vad war-zu Pèr, hag e lavaras : «Gwir eo ’peus sikouret ahanon memestra !»
Evel-se ’m-eus klevet Yann an Du o konta d’ar vugale. Hag e lavare ouspenn : «Evid Doue eo eun tammig disheñvel ; n’ema ket dirazom, ’vel Pèr, med en on diabarz ema, hag e komz ouzom hag e ro nerz deom...» Sapre Yann ! Dond a rae brao ganta.

Petit memento sur le handicap à l'attention des personnes présumées valides

Il n’y a pas mieux que la parole et un regard bienveillant pour sortir quelqu’un de son bourbier ! Jean le Du racontait cette histoire, une histoire vraie, pour faire comprendre cela. Ce que je vais vous raconter s’est passé dans une maison d’handicapés physiques. C’était après le repas de midi, tout de suite après le repas. Yannig, un garçon de dix ans qui marchait à l’aide de béquilles, était sorti de la salle à manger un peu avant les autres, et allait d’un bout à l’autre du couloir extérieur. Il faut dire que ce couloir était comme un cloître qui donnait sur un jardin intérieur. Par les fenêtres on voyait le jardin. C’était en février, et Yannig, par la fenêtre, avait vu une fleur ouverte au milieu du jardin, une fleur de camélia rose, la première dans cet arbuste planté avant l’hiver. Le temps d’un coup d’oeil et il s’était décidé à aller la cueillir pour son amie Léna.
Personne autour pour l’aider à y aller. Il irait quand même ! Il ouvrit la porte, et en boitillant il alla par le sentier pas après pas jusqu’au milieu du jardin. Bien appuyé sur l’une de ses béquilles, il laissa l’autre par terre, et se pencha pour décrocher le rameau qui portait la fleur. Il y réussit, mais lorsqu’il se redressa la béquille glissa et il tomba sur son derrière, avec la fleur toujours dans sa main droite. Comment se relever maintenant ? Souvent, quand il chutait ainsi, il fallait que quelqu’un vienne l’aider à se remettre debout, droit dans ses bottes. Pierre, le jeune qui s’occupait de lui, lorsqu’il sortit de la salle à manger, vit aussitôt Yannig tombé au milieu du jardin. Il alla le trouver. Accroupi devant lui, il lui dit : «Yannig, lève-toi ! Tu en es capable !» Yannig chercha à se lever , mais ne réussit pas. Pierre était toujours devant lui, les yeux fixés sur lui, sans un mot. Yannig se mit comme en colère. Et alors, en s’appuyant sur ses coudes, il parvint peu à peu à lever son derrière et à se redresser : il était debout ! Avec un large sourire sur le visage.
Pierre n’avait pas bougé ni prononcé un mot. Yannig lui dit, tout fier : «Tu leur diras que je l’ai fait tout seul !» Pierre continuait à le fixer des yeux, sans le moindre mot. Yannig ne comprenait pas... Au bout d’une longue minute, il tourna la tête vers Pierre, et lui dit : «C’est vrai que tu m’as aidé quand même !»
J’ai entendu Jean Le Du le raconter ainsi aux enfants. Et il ajoutait : «Pour Dieu, c’est un peu différent ; il n’est pas devant nous, comme Pierre, mais à l’intérieur de nous, et il nous parle et nous donne de la force...» Sacré Jean ! Il savait raconter !

Job an Irien d'ar 28 a viz mae / le 28 mai.

Pouez eur vuez a labour / Le poids d’une vie de travail

Eun den koz eo, o vond war e zeg vloaz ha pevar-ugent. Taget eo bet gand ar c’hleñved-red ha gwall-gaset gantañ zokén. En ospital eo bet epad pemzekteiz, ha peogwir ez ae eun tammig gwelloc’h, eo bet digaset d’ar gêr. Bet on bet o weled anezañ, med ne rae nemed kousked : ger ebed gantañ ! En devez warlerc’h on eet en-dro, hag e wreg da lavared din : «Ne ra nemed kousked ! Marteze ne zihuno ket kén !» Dre forz gelver anezañ e-neus troet e benn war-zu ennon, ha draillet eun nebeud komzou ha ne c’hellen ket kompren. En e huñvre e oa atao ! A-benn ar fin on deuet da gompren eun dra bennag evelhenn : « Al labour ‘moa da ober a vo greet !» Diou pe deir gwech  e lavaras ar memez tra, ’n-eur zrailla e gomzou, hag en em roas da gousked en-dro. E vuez a beizant koz a zisklêrie evel-se, eñ hag e-noa tremenet e vuez o labourad stard. E enor a zen a oa beza bet kaset atao da benn al labouriou fiziet ennañ. Gouzoud a reom mad pegen kaled eo bet buez ar beizanted gwechall, pa veze ranket arad gand ar c’hezeg. Soñj ’m-eus c’hoaz, pa vedon krennard, da veza bet gwelet va breur, warlerc’h eun deveziad arad, hag eñ kousket mort koulskoude, o youhal war ar c’hezeg epad eur pennad mad euz an noz... ha netra da ober evid lakaad anezañ da zihuna ! Eur wech all e vedo puchet war e wele o tastum patatez, hag e traille ive komzou ha ne intenten ket, me er memez gwele egetañ ! Or buez gand he labour, on trubuillou hag or stourmou, a en em skriv en or c’horv !
Or c’horv a zalc’h soñj euz ar pez on-eus greet, hag a ro deom da weled en-dro a-wechou darvoudou c’hoarvezet ganeom hag ankounac’heet ganeom. Lezet o-deus roudou ennom hag ar roudou-ze a zeu war-wél beteg en on huñvreou. Ablamour da ze’m-eus bet ar chañs da gompren abred e oa red ober ar peoc’h, eur peoc’h gwirion, gand kement den en-defe greet droug deom. Pe ’vefem yaouank pe goz, oll on-eus da ziskarga sahajou kounnar pe zrougrañs, a ra skoulmou en or c’horv, hag a vir ouzom da veza e peoc’h. Aliez ’m-eus bet tro da lavared, ha da dud a beb oad : «Grit ar peoc’h dija gand hoc’h anaon hag e weloc’h ho puez o cheñch !» Bez’ on-eus da bardoni d’ar re o-deus barnet ahanom, ha d’ar re o-deus maget enebiez pe warizi en or c’heñver, ha marteze ive da c’houlenn pardon diganto. Lod anezo a c’hortoz moarvad eur zoñj a seurt-se evid beza e peoc’h da vad er bed all, ha gelloud d’o zro gwarezi ahanom. Kalz skañvoc’h e vez ar vuez pa gemerer da vad an hent-se. N’eus ket gwelloc’h eged ar peoc’h evid rei eskell d’or buez !
(Da gendelher).
Silhouette Noire D'un Travailleur Ou Jardinier Tenant Pelle à La Lumière Du  Coucher Du Soleil | Photo Premium
C’est un ancien, qui va vers ses quatre vingt dix ans. Il a été atteint par l’épidémie qui l’a bien secoué. Il a été quinze jours à l’hôpital, et comme il allait un peu mieux, il a été ramené à la maison. Je suis allé le voir mais il ne faisait que dormir : pas un mot ! Le lendemain, j’y suis retourné, et sa femme de me dire : «Il ne fait que dormir ! Il ne se réveillera peut-être plus !» A force de l’appeler; il a tourné la tête vers moi, et baragouiné quelques mots que je n’arriverais pas à comprendre. Il était toujours dans son rêve. Au bout du compte, j’ai réussi à comprendre quelque chose comme ceci : «Le travail que j’avais à faire sera fait !» Par deux ou trois fois il redit la même chose en hâchant ses paroles, et se remit à dormir. C’est sa vie de vieux paysan qu’il exprimait ainsi, lui qui avait passé toute sa vie à travailler dur. Son honneur d’homme avait été d’avoir toujours accompli le travail qu’il avait à faire. Nous savons combien le travail du paysan était difficile autrefois, en particulier quand il fallait charruer avec les chevaux. Je me souviens encore, quand j’étais adolescent, d’avoir vu mon frère, après une jounée de labours, alors qu’il dormait profondément, crier sur les chevaux durant une bonne partie de la nuit... et rien à faire pour le réveiller ! Une autre fois, il était à genoux dans son lit en train de ramasser des pommes de terre, et il marmonnait des paroles que je ne comprenais pas, alors que j’étais dans le même lit que lui. Notre vie, avec ses travaux, ses soucis et nos combats s’inscrit dans notre corps.
Notre corps se souvient de ce que nous avons fait, et nous fait parfois revoir des évènements que nous avions vécus et oubliés. Ils ont laissé en nous des traces et ces traces apparaissent jusque dans nos rêves. C’est pourquoi j’ai eu la chance de comprendre tôt qu’il fallait faire la paix, une paix véritable avec toute personne qui nous avait fait du mal. Que nous soyons jeune ou vieux, nous avons tous à décharger des sacs de colère ou de ressentiments, qui font des noeuds dans nos corps et nous empêchent d’être en paix. J’ai souvent eu l’occasion de dire, et à des gens de tout âge : «Faites déjà la paix avec vos défunts et vous verrez votre vie changer !» Il nous faut pardonner à ceux qui nous ont jugés et à ceux qui ont nourri de l’hostilité ou de la jalousie à notre égard, et peut-être aussi avons-nous à leur demander pardon. Certains d’entre eux attendent sans doute de telles pensées de notre part pour être vraiment en paix dans l’autre monde et pouvoir à leur tour nous protéger. La vie est beaucoup plus légère quand on prend ce chemin. Il n’y a pas mieux que la paix pour donner des ailes à notre vie !
(A suivre).
Job an Irien d'ar 22 a viz mae / le 22 mai.

Feunteuniou a vuez ! Fontaires de vie

   E pleg va skouarn ema c’hoaz komzou va mamm-goz pa zisklêrie gwechall : « E Moustrabaol (Mousterpaul e Bodiliz ), abaoe m’o-deus stanket ar feunteun, e vez atao unan bennag o langissa !» Kavoud a rae e oa eun dra spontuz mouga eur feunteun, rag eviti ar feunteun ne oa ket eur poull-dour, med da genta eun eienenn kinniget d’an den evid e wella mad hag abalamour da ze gwarezet gand eur zant, amañ sant Paol a Leon. He c’homzou a zo deuet din en-dro da fin or studiadenn euz ilizou ha chapeliou Bro-Dreger vihan. E kreiz Bro-Gerne, e parrez vraz Santez-Anna Kastellin, e kaver eur feunteun e-kichenn 64% euz ar zavaduriou relijiel ; e Bro-Dreger vihan war-dro 25% hepkén ! Petra ’zo kaoz ? N’eo ket ar zavaduriou relijiel a vanke koulskoude er c’horn-bro-ze, peogwir on-eus kavet tres euz daou c’hant chapel pe iliz araog ar c’hantved diweza, eur c’hant anezo o veza bremañ eet da get.

   Red eo lavared ez-eus bet tro-dro da Vontroulez e Bro-Dreger eun niver braz a japeliou prevez, chapeliou maneriou. Renablet on-eus 49 anezo, 26 o veza bet distrujet, ha 23 c’hoaz en o zav. Kalz euz ar chapeliou-ze a zo bet savet er 16ved ha 17ved kantved pa skoe kaled ar vosenn e Montroulez ha tro-dro. Gouzoud a reer da skwer e oe sammet ganti beteg mil tri c’hant a dud e Montroulez e 1597. Ar vosenn a ’em lede war ar vro dre ar porziou-mor ha Montroulez a ezporzie kalz lien d’ar mare-ze. Ar varhadourien-lien, pinvidikeet gand ar c’honwerz-se, a zavas neuze en o maneriou war ar mêz chapeliou evid beza gwarezet diouz ar c’hleñved spontuz. Med ral e oa d’ar chapeliou-se kaoud eur feunteun, rag gouestlet int bet aliez da zent brudet an Iliz : ar Werhez, Santez Anna, sant Jozef, Yann-Vadezour, Per, Jakez, Yann, Stefan, Barnabaz, Lorañs (kemeret gantañ plas sant Pabu-Tudual), ar zent brudet er grenn-amzer ‘vel Katell, Marharit, Barba, Anton, Fransez, Nikolaz, Fiek, Itrop, Klaoda, hag ive an daou zant a veze pedet eneb ar vosenn, Sebastian ha Rok. En diavêz d’ar zent Melar hag Erwan, n’eus ket kalz sent euz ar vro hag o-defe eur chapel war o ano e Bro-Dreger vian !

   E kreiz Kerne e oa disheñvel. Kalz euz ar chapeliou eno a zoug ano eur zant euz ar vro, hini eun ermid hag e-noa desket ar vuez a vanac’h e manati Landevenneg, hag e-noa en em zachet goude-ze er zioulder tostig-tost ouz eur feunteun peurliesa diskoachet gantañ. Red e oa dezañ kaoud dour da veva, ha dour santel evid e bedennou. E plas ermitaj ar zant ez-eus bet savet eur chapel, darempredet gand an amezeien, hag ar re-mañ a zaremprede ive e feunteun, gwelet ganto ’giz eur feunteun a bareañs, dreist-oll pa zalee ar vugale da gomz pe da gerzed. Feunteuniou a vuez hirio c’hoaz !

J’ai encore au creux de l’oreille les paroles de ma grand-mère qui déclarait autrefois : «A Mousterpaul, Bodilis, depuis qu’ils ont bouché la fontaine, il y a toujours quelqu’un atteint de langueur !» Elle trouvait que c’était épouvantable d’étouffer une fointaine, car pour elle la fontaine n’était pas un trou d’eau, mais d’abord une source offerte à l’homme pour son plus grand bien et en raison de cela protégée par un saint, dans le cas saint Pol de Léon. Ses paroles me sont revenues à la fin de notre étude sur les églises et chapelles du Petit Trégor. Au milieu de la Cornouaille, dans la grande paroisse de Sainte-Anne de Chateaulin, on trouve une fontaine de dévotion auprès de 64% des édifices religieux; en Petit Trégor, seulement 25% ! Pourquoi ? Ce ne sont pourtant pas les édifices religieux qui manquaient dans cette région, puisque nous y avons trouvé trace de deux cents chapelles et églises avant le siècle dernier, dont une centaine a aujourd’hui disparue.
   Il faut dire qu’il y a eu tout autour de Morlaix en Petit Trégor un grand nombre de chapelles privées, des chapelles de manoirs. Nous en avons repéré 49, 26 ont été détruites, et 23 sont toujours debout. Beaucoup de ces chapelles ont été édifiées aux XVIème et XVIIème siècles lorsque la peste frappait Morlaix et ses environs. On sait par exemple que mille trois cents perrsonnes en furent victimes à Morlaix en 1597. La peste se répendait sur une région par les ports de mer et à l’époque Morlaix exportait beaucoup de toiles. Les marchands de toiles, enrichis par ce commerce, édifièrent alors dans leurs manoirs à la campagne des chapelles pour se protéger de la terrible épidémie. Mais ces chapelles avaient rarement une fontaine, car elles ont souvent été dédiées aux grands saints de l’Eglise : la Vierge, sainte Anne, saint Joseph, Jean-Baptiste, Pierre, Jacques, Jean, Etienne, Barnabé, Laurent (prenant la place de Pabu-Tudual), les saints renommés du moyen-âge, tels que Catherine, Marguerite, Barbe, Antoine, François, Nicolas, Fiacre, Eutrope, Claude, et les deux saints que l’on priait en temps de peste, Sébastien et Roch. En dehors des saints Mélar et Yves il y a peu de saints locaux à avoir une chapelle à leur nom en Petit Trégor !
   En centre Cornouaille c’était différent. Beaucoup des chapelles y portent le nom d’un saint du pays, celui d’un ermite qui avait appris la vie monastique au monastère de Landévennec, et s’était ensuite retiré dans le silence auprès d’une fontaine qu’il avait le plus souvent découverte. Il lui fallait de l’eau pour vivre et de l’eau sainte pour ses prières. A l’emplacement de l’ermitage du saint on a édifié une chapelle, fréquentée par les voisins, et ceux-ci fréquentaient aussi sa fontaine, qu’ils considéraient comme fontaine de guérison, en particulier lorsque les enfants tardaient à parler ou à marcher. Des fontaines de vie aujourd’hui encore !

Job an Irien d'ar 15 a viz mae / le 15 mai.

Savom or penn ! / Relevons la tête !

   E amzer ’Fask emaom ! Goude tommder vraz ar Yaou-Gamblid hag amzer gaer Pask eo kouezet warnom ar yenienn en-dro, ’giz ma ne fellfe ket d'ar goañv mond kuit. Ar gwez hag ar bleuniou koulskoude n'o-deus ket sentet. Ar wezenn alamandez, a welan dre ar prenestr, ’deus kendalhet da zispaka he bleuniou gwenn heb fallgaloni, hag e lavar d'an neb a garo : gwelit pegen gwenn eo va bleuniou, gwennoc'h eged biskoaz, rag kaer ’vo an hañv ; ema dija e toull an nor! D'ar memez mare, ar post deus digaset din eur gartenn : eur skeudenn eo euz eun daolenn nevez livet evid Pask gand eur vignonez din, hag a ziskouez eur vaouez en eur seurt chapel goz, o selled war-zu ar prenestr. Dreg he c'hein e weler traouachou koz, ha dirazi eun oabl glaz kaer a c'halv anezi da zilezel he dillad du ha da vond war-zu levenez Pask.
   Kinniget eo deom al levenez-se, med n'or-bezo perz enni nemed ma kredom mond er-mêz euz lostachou ar goañv. A-vec'h am-boa skrivet kement-se m'eo deuet soñj din euz eur blantennig gribil (romarin) lakeet ganin en douar e miz du diweza. Hag on eet da weled. Siwaz ! Mouget eo bet gand ar geot hag al loustoni a zo savet tro-dro dezi. Red e vo din planta unan all ha nêtaad tro-dro dezi. Evel-se e chom ive tro-dro deom lostachou ar C'hovid, hag on-eus da ziwall na vougfent ket da vad on daremprejou gand ar re all. Dre forz beza pell diouz ar re all e vevom heb kaoud ezomm anezo kén, hag e teu on daremprejou da veza yen ha ral. Red e vo deom mond er-mêz euz or c'helc'h re striz, digeri dorojou ha prenecher all evid ma c'hellfe sklêrijenn an diavêz tomma ive on diabarz.
   An daou zen hag a droe kein da Jeruzalem da abardaez Pask evid mond beteg Emmaüs o-doa ezomm braz da ziskarga o zahad dizesper, ha keid ha ma n'her raent ket, ne c'hellent ket gweled ar sklêrijenn o sevel dreg ar c'houmoul du. Evel-se emaom gand ar C'hovid : eun alhwez a zo ganeom evid digeri an nor, hini ar vaksin eo, ha pa vo digoret an nor e teuio deom war eun dro ar sklêrijenn, an dommder hag or breudeur, ha ganto eun tammig avel da aveli an ti. Heb an heol hag an avel e chom kousket ar vuez, mouget ma z-eo gand an deñvalijenn. Heol Pask a sko war an nor, hag a c'halv ahanom d'ar vuez !

   Nous sommes dans le temps pascal ! Après la grande chaleur du jeudi saint et le beau temps de Pâques, le froid nous est retombé dessus, comme si l'hiver ne voulait pas s'en aller. Les arbres et les fleurs n'ont cependant pas obéi. L'amandier que je vois par la fenêtre a continué à déployer ses fleurs blanches sans se décourager, et dit à qui veut : voyez comme mes fleurs sont blanches, plus blanches que jamais, car l'été sera beau; il est déjà au seuil de la porte. Au même moment, la poste m'amenait une carte : il s'agit d'un nouveau tableau peint pour Pâques par une amie ; il montre une femme dans une vieille chapelle, en train de regarder vers la fenêtre. Derrière son dos, on voit un tas de vieilles choses, et devant elle un ciel bleu et beau qui l'appelle à délaisser ses vêtements sombres et à se tourner vers la joie de Pâques.
   Cette joie nous est offerte, mais nous n'y aurons part que si nous osons sortir des déchets de l'hiver. A peine avais-je écrit ces mots que m'est revenu à l'esprit un tout petit plant de romarin que j'avais mis en terre en novembre dernier. Et je suis allé voir. Hélas! Il a été étouffé par l'herbe et les saletés qui ont poussé tout autour. Il me faudra en replanter un, et bien nettoyer tout autour. Ainsi aussi il reste autour de nous des résidus du Covid, et il nous faut veiller à ce qu'ils n'étouffent pas définitivement nos relations avec les autres. A force d'être loin des autres, nous vivons sans n'avoir plus besoin d'eux, et nos relations deviennent froides et rares. Il nous faudra sortir de notre cercle étriqué, ouvrir d'autres portes et fenêtres pour que la lumière de l'extérieur puisse aussi réchauffer notre intérieur.
   Les deux hommes qui tournaient le dos à Jérusalem le soir de Pâques pour se rendre à Emmaüs, avaient grand besoin de décharger leur sac de désespoir, et tant qu'ils ne le faisaient pas, ils ne pouvaient pas voir la lumière se lever derrière les nuages noirs. Ainsi sommes-nous avec le Covid : nous avons une clé pour ouvrir la porte, celle du vacsin, et lorsque la porte sera ouverte, nous viendront en même temps la lumière, la chaleur et nos frères, et avec eux un peu de vent pour aérer la maison. Sans le soleil et le vent, la vie reste endormie, étouffée par l'obscurité. Le soleil de Pâques frappe à la porte, et nous appelle à la vie !

Job an Irien d'ar 17 a viz ebrel / le 17 avril.

Bugale / Des Enfants.

   Gand goueliou Pask om oll galvet da veza nevez en-dro ! Mall eo deom kuitaad ar gwenojennou koz hag ijina gwenojennou nevez ma fell deom e vefe kaerroc’h an amzer da zond. Med keid ha m’ema ar c’hovid ’vel eun danjer a-zioc’h or penn ne gredom ket mond war-raog... ha koulskoude e ouezom mad e vezo dao deom deski beva gand eur c’hleñved-red bennag heb terri lañs ar vuez. En deiz ma vezo vaksinet ar peb brasa euz an dud ez aio gwelloc’h an traou, gwir eo, med dija marteze e c’hellom kredi startaad on daremprejou heb kaoud aon. Ar vuez ne ’z-a ket war a-dreñv, hag etre on daouarn ema !
   Ma lavaran kement-se eo peogwir am-eus lennet ez-eus bet dija 7% nebeutoc’h a vugale ganet e miz kerzu 2020 skoaz-skoaz gand miz kerzu 2019. Efed ar C’hovid eo, eun efed hag a lavar deom on-eus lezet an aon d’en em zila er or c’halonou. Daoust hag e kendalhim epad pell da vond war-draoñ evel-se? Poent eo deom sevel or penn ha sikour ar fiziañs da c’hounid : an nevez-amzer, hag a zispak e peb lec’h, a c’hell rei kalon deom. Kentoc’h eged termad, eo gwelloc’h deom trugarekaad peogwir eo deuet a-benn an den da zevel meur a vaksin dindan nebeutoc’h hag eur bloaz, ar pez a zeblante dibosubl bloaz ’zo ! Pa lak an dud o skiant hag o ampartiz asamblez, e weler mad int gouest da ober burzudou.
   Keid ha ma soñjo ar famillou eo kaer kaoud daou vugel d’an nebeuta e teuim a-benn da gempoueza poblañs or bro, hag e c’hello ar re a labour paea eur retred d’ar re goz. Med arabad deom lezel efed ar C’hovid da badoud ; gouzoud a reom efedou spontuz al lezenn ‘eur bugel hepkén dre famill’ e Bro-China. Ar bugel a zo mousc’horaz an amzer da zond, ’vel m’eo ar bleuniou mousc’hoarz an nevez-amzer. ’N’eur vadezi eur bugel e ofis Pask, e soñjen e brokusted an Aotrou Doue a lak ar vuez da ziwan e pep korn euz ar bed. Deom-ni oll eo ober ar pez a zo red evid ma c’hellfe an oll vugale beza digemeret gand karantez ha savet mad evid rei d’o zro o finvidigeziou d’ar bed ! Kaerder an amzer da zond a vezo etre o daouarn !

Vecteurs Enfants Dessin gratuits, 117 000+ Illustrations format AI, EPS

   Les fêtes de Pâques nous appellent tous à nous renouveler ! Il est urgent que nous quittions les vieux sentiers et que nous en inventions de nouveaux si nous voulons que l’avenir soit plus beau. Mais tant que la Covid est là comme un danger au-dessus de nos têtes, nous n’osons pas aller de l’avant... et pourtant nous savons bien qu’il nous faudra apprendre à vivre avec une épidémie quelconque sans casser l’élan de la vie. Le jour où la plupart des gens seront vaccinés, cela ira mieux c’est vrai, mais nous pouvons peut-être déjà renforcer nos relations sans avoir peur. La vie ne va pas en arrière, et elle est entre nos mains !
   Si je dis cela, c’est parce que j’ai lu qu’il y a eu 7% de naissances en moins en décembre 2020 par rapport à décembre 2019. C’est un effet de la Covid, ce qui signifie que nous avons laissé la peur s’introduire dans nos coeurs. Continuerons-nous longtemps à suivre cette poente descendante ? Il est temps de relever la tête et d’aider la confiance à gagner : le printemps, qui s’épanouit partout, peut nous encourager. Plutôt que de geindre, il vaut mieux remercier, car l’homme a été capable d’inventer plusieursd vaccins en moins d’un an, ce qui paraissait impossible il y a un an ! Lorsque les hommes mettent en commun leur science et leur compétence, on voit bien qu’ils sont capables de faire des merveilles.
   Tant que les familles penseront que c’est une belle chose d’avoir au moins deux enfants, nous arriverons à équilibrer la population du pays, et ceux qui travaillent arriveront à payer une retraite aux anciens. Mais il ne faut pas que nous laissions perdurer l’effet da la Covid : nous savons les effets épouvantables de la loi de l’enfant unique par famille en Chine. L’enfant est le sourire de l’avenir comme les fleurs sont le sourire du printemps. En baptisant un enfant au cours de l’office de Pâques, je pensais à la générosité de Dieu qui fait éclore la vie aux quatre coins du monde. C’est à nous de faire le nécessaire pour que tous les enfants puissent être accueillis avec amour et bien élevés pour qu’à leur tour ils puissent transmettre leurs richesses au monde ! La beauté de l’avenir sera entre leurs mains !

Job an Irien d'ar 8 a viz ebrel / le 8 avril.

An Niverenn Nevez (174) MINIHI LEVENEZ : Gounid ar Baradoz / Gagner le Paradis.

 An niverenn-mañ "Gounid ar baradoz" a zo 'vel eun hent war-zu Pask, eur skiêrijenn ar C'hovid. Ma ro tro deoc'h d'en em zoñjal, deom petra "neus plijet deoc'h pe souezet ahanoc'h !

Ce numéro "Gagner le paradis" est un peu comme un chemin vers Pâques, une lumière dans l'obscurité du Covid. S'il vous donne l'occasion de méditer, faites-nous part de vos réflexions et de vos questions !

Koumanant bloaz (Bep eil mizAbonnement annuel à la revue MINIHI LEVENEZ : 50€  KLIKIT AMAÑ / CLIQUEZ ICI : M'ho peus c'hoant kaout leoriou pe bladennou / Bon de commande.

30ed deiz-ha-bloaz Minihi 30ed deiz-ha-bloaz Minihi dsc03138 dsc03140 dsc03143 dsc03144 dsc03145 dsc03147 dsc03148 dsc03149 dsc03153 dsc03155 dsc03157 dsc03161 dsc03162 dsc03163 dsc03164 dsc03165 dsc03166 dsc03167 dsc03168 dsc03172 dsc03173 dsc03174 dsc03176 dsc03177 dsc03181
<< > || >>
Free business joomla templates