Home

KELEIER / ACTUALITES

Hada / Semer

   «Du an noz, teñval an deiz...» Evel-se e lavar ar c’hantik. Ha gwir eo er miz-mañ, rag e miz du emaom. Teñval-zac’h e vez an noz a-wechou, ken goloet ma vez an oabl gand koumoul du o lavared deom on-eus kroget da vad gand lodenn deñval ar bloaz. Devez kenta ar miz, gand gouel Kala-Goañv hen disklêrie deom dija, ha koumoul divalo ar pez a c’hoarveze er bed ne zikouren ket ahanom da laouennaad : ar c’hovid-19 o tond endro, drouglazadeg Samuel Paty, gwall-daoliou Nice, ar brezel en Azerbaïdjan... Eüruzamant c’hoaz eo Joe Biden e-neus gounezet ar votadegou er Stadou-Unanet : ar c’helou-ze ’zo bet ’vel eur steredennig en noz. Miz du eo, hag ar vuez a ra he labour kuz ha didrouz. An deliou diweza a zo kouezet hag a-benn nebeud e vagint an douar. Warlerc’h ar maiz eo kroget ar beizanted da gempenn o douar : dizale e vezo hadet ar gwiniz-goañv. «Ar c’hreunenn winiz taolet en douar, ma ne varv ket, ne zoug netra. Ma varv avad, e tougo kalz frouez!» (Yn 12/24).
   Aze eo emaom, er poent-se euz ar bloaz ’lec’h m’en em c’houlennom da belec’h emaom o vond, ha war be du trei. Peseurt sklêrijenn a gavim en noz-du-mañ ? Euz pelec’h e teuio deom sklêrijenn awalc’h evid kantren en noz du ? Euz on diabarz eo e teuio, a lavaro deom Babig Nedeleg. Rag p’en em lakom a-gostez evid eur pennad, pa rankom diskregi euz ar vuez ordinal, e teu deom amzer d’en em zoñjal, ha da zelled ouz or buez gand daoulagad nevez. Or c’hoant donna eo beva, hag en em rei, er zioulder zokén. Babig Nedeleg n’e-neus ket greet muioc’h epad bloaveziou, med bevet e-neus pep tra gand pasianted ha trugarez. Beza evel-se eun tammig a-gostez a ro tro d’ar re all da gemer o lod euz ar garg, ha marteze deom-ni da c’houzoud gwelloc’h da betra ez om galvet. E miz du, kement tra a ra gwriziou, a vez lavaret a-wechou. Ar mare eo evid pep hini ahanom da asanti ez om berrbaduz hag on eus, ’vel ar c’hreunenn, da asanti mervel d’eun dra bennag evid ober gwriziou nevez. Nozveziou hir miz du n’int ket amzer gollet, med kentoc’h eun amzer d’en em reseo ha da vaga ennom ar c’hoant beva hag en em rei. Ar vuez en em gargo da ziskouez deom an hent, ma ’z-om prest ’vel eun tamm douar mad da zigemer an had !


photographie SEMIS DE BLE TENDRE D HIVER AVEC UN SEMOIR LEMKEN DE 6 METRES  ET UN TRACTEUR DE 225 - 250 CV agricole   «Noire est la nuit, sombre le jour...» Ainsi commence un cantique. Et c’est vrai ce mois-ci, car nous sommes en novembre. La nuit est totalement obscure parfois, tellement le ciel est recouvert de nuages qui nous disent que nous sommes réellement dans la saison sombre de l’année. Le premier jour du mois, avec la fête «des calendes d’hiver» nous le déclarait déjà, et les sale nuages de ce qui se passait dans le monde ne nous aidaient pas à nous réjouir : retour du Covid-19, assassinat de Samuel Paty, attentat de Nice, guerre en Azerbaïdjan... encore heureux que ce soit Joe Biden qui ait gagné les élections aux Etats-Unis : cette nouvelle a été comme une petite étoile dans la nuit. C’est le mois noir, et la vie accomplit son oeuvre de façon cachée et sans bruit. Les dernières feuilles sont tombées et bientôt elles nourriront la terre. Après le maïs, lez paysans ont commencé à préparer leurs terres : sans tarder on sèmera le blé d’hiver. «Si le grain de blé jeté en terre ne meurt pas, il ne donne rien. Mais s’il meurt, il portera beaucoup de fruit!» (Jn 12/24)
   C’est là que nous sommes, en ce moment de l’année où nous nous demandons vers où nous allons, et vers quel côté nous tourner. Quelle lumière trouverons-nous en cette nuit noire? D’où nous viendra suffisamment de lumière pour errer dans la nuit noire ? Elle viendra de l’intérieur de nous-mêmes, nous dit le Bébé de Noël. Car lorsque nous nous mettons de côté pour un temps, quand nous devons décrocher de la vie ordinaire, il nous vient du temps pour réfléchir et regarder notre vie avec des yeux neufs. Notre désir le plus profond est de vivre, et de nous donner, même dans le silence. Le Bébé de Noël n’a pas fait davantage pendant des années, mais il a tout vécu avec patience et gratitude. Etre ainsi un peu de côté donne à d’autres l’occasion de prendre leur part de responsabilité, et peut-être à nous de mieux savoir à quoi nous sommes appelés. En novembre, tout prend racine, dit-on parfois. C’est le moment pour chacun de nous de consentir à être éphémère, et que nous avons, comme la graine, à consentir à mourir à quelque chose pour faire de nouvelles racines. Les longues nuits de novembre ne sont pas du temps perdu, mais plutôt un temps pour s’accueillir et nourrir en nous le désir de vivre et de nous donner. La vie se chargera de nous montrer le chemin, si nous sommes prêts comme la bonne terre à accueillir le grain !

Job an Irien d'ar 20 a viz du / le 20 novembre.

Frealzi ! / Consoler !

10 choses réconfortantes à dire pour consoler une personne triste | So Busy  Girls   Penaoz konforti ar re glañv, astennet en o gwele, dreist-oll pa zantont mad n’o-deus ket evid pell kén ? N’eus respont ebed d’eur seurt goulenn a c’hellfe talvezoud evid an oll, rag hervez on liammou gand an hini klañv e vezo, hag ive hervez on doare da weled ar maro. Ha war ar poent-se o-deus ar vugale a-wechou eur zell ledannoc’h hag on hini. Muriel Derome, eur sikolog hag a ra war-dro bugale klañv, a gont deom ar pez a lavare Tangi, eur pôtr a zaouzeg vloaz marvet gand eur yohenn en e benn : «Pa ne vezin ket amañ kén, evid chom unanet ganin, c’hwi a implijo ar bedenn. Ar bedenn a zo ’vel an telefon. C’hwi a lavaro pep tra da Zoue, hag eñ hen roio din da c’houzoud.» Ar pôtrig-se a zante mad al liamm etre or buez war an douar hag ar vuez er bed-all. Dond a ra soñj din euz an doare ma selle ouzin eur pôtr ampechet a bevarzeg vloaz, hag a oa o vond da vervel, pa gomzen dezañ euz ar veaj e oa o vond da ober war-zu ti Doue. Anad mad e oa e peoc’h hag e tigemere en e galon ar pez a lavaren dezañ. Souezuz e oa zokén gweled penaoz e komprene e chomfe e kalon e dud hag e vreudeur. An aon a yee kuit, hag e zell a zo chomet da viken garanet em c’halon hag em spered. Ar pôtrig-se ’neus desket din ar pez e-neus gwir dalvoudegez.
   Ober ar c’hemm etre ar pez n’eo nemed moged hag avel, hag ar pez a zalc’ho da viken. Ne reer kement-se nemed pa vez da ober dibabou braz, ha ma fell deom frealzi eun den prest da vervel, e rankom beza eeun ha gwirion. Eur mousc’hoarz, eur zell a garantez, starda an dorn a c’hell beza awalc’h evid distenna eun tamm an hini klañv, ha rei dezañ da c’houzoud e-neus eur plas ispisial en or c’halon. Rag ma rank pep hini ahanom ober e-unan-penn e veaj diweza, ar gwasa a vefe en em zantoud dilezet. Gand or jestrou hag or c’homzou e c’hellom ambrouga an hini klañv, hag a-bell zokén en eur zoñjal ennañ hag o pedi evitañ e c’hellom rei konfort dezañ. Er mare-mañ a graouiadeg e c’hellfem marteze dizoloi an doare-ze da dostaad ouz or re-glañv hag ouz ar re a zo o-unan-penn !


L'homme ? Un être à consoler sans modération – SOS Harmonie   Comment réconforter les malades, allongés dans leur lit, surtout quand ils sentent bien qu’ils n’en ont plus pour longtemps ? A une telle question il n’y a pas de réponse qui puisse valoir pour tout le monde, car ce sera en fonction des liens que nous avons avec le malade, et aussi de la façon dont nous voyons la mort. Et sur ce point, les enfants ont parfois un regard plus large que le nôtre. Muriel Derome, psychologue qui s’occuppe d’enfants malades, nous raconte ce que disait Tanguy, un garçon de douze ans décédé d’une tumeur au cerveau : «Quand je ne serai plus là, pour rester en contact, vous utiliserez la prière. La prière, c’est comme le téléphone. Vous direz tout à Dieu, et il me transmettra.» Ce garçon ressentait bien la continuité entre la vie terrestre et la vie de l’autre monde. Me revient en mémoire la façon dont me regardait un garçon handicapé de quatorze ans, qui était sur le point de mourir, quand je lui parlais du voyage qu’il allait faire jusqu’à la maison de Dieu. Il était évident qu’il était en paix et qu’il accueillait en son coeur ce que je lui disais. C’était même étonnant de voir comment il comprenait qu’il resterait dans le coeur de ses parents et de ses frères. La peur s’en allait, et son regard demeure à jamais gravé dans mon coeur et mon esprit. Ce petit gars m’a appris ce qui a une vraie valeur.
   Faire la différence entre ce qui n’est que fumée et vent, et ce qui tiendra toujours. On ne fait cela que lorsque l’on doit faire des choix importants, et si nous voulons consoler quelqu’un proche de la mort, il nous faut être droits et vrais. Un sourire, un regard d’amour, serrer la main, peuvent être suffisants pour détendre un peu le malade et lui faire savoir qu’il a une place particulière dans notre coeur. Car si chacun de nous doit faire seul son dernier voyage, le pire serait de se sentir abandonné. Par nos gestes et nos paroles nous pouvons accompagner le malade, et même de loin en pensant à lui et en priant pour lui, nous pouvons le réconforter. En ce temps de confinement, nous pourrions peut-être découvrir cette manière d’être proches de nos malades et de ceux qui sont tout seuls !

Job an Irien d'ar 13 a viz du / le 13 novembre.

Kraouiet adarre ! / Re-confinés !

Tous confinés, tous responsables, tous solidaires - Creteil Habitat   Ha setu ni kraouiet adarre evid an eil gwech er bloaz-mañ, ha den ne oar epad pegeid c’hoaz e raio e reuz ar C’hovid-19 daonet-se ! Skuizuz eo evid an oll, rag goulenn a ra diganeom bepred taoler evez ouz buhez ar re all, ha gwarezi o buhez dezo kement hag or buhez deom-ni. Er vuhez ordinal beteg ar c’hleñved-red-mañ, ne ouiem ket on-noa da ober kement-se. Galvet om da zoursial oll asamblez ouz buhez ar re zisterra. An dro-lavar koz «Arabad dit ober d’ar re all ar pez ne blijfe ket dit e vefe greet dit !» a zo da veva hirio evelhenn : «Gra d’ar re all ar pez a blijfe dit e vefe greet dit !» Ma kemerom an dro-spered-se e vezo efedusoc’h ha laouennoc’h ar mare-mañ a graouiadeg.
   E kerz ar studiadenn emaon oc’h ober diwar-benn kleñved-red ar vosenn e Penn-ar-Bed er grenn-amzer, em-eus klevet ano euz eun enezennad e parrez Landevenneg, hag an enezennad-se a zo stag ouz parrez Argol. E 1347 eo skoet da vad gourenez Kraon gand ar vosenn, dreist-oll karteriou Troveog, Killien, Lomergad, Kervoulac’h ha Kerlivit. Person Kraon hag an dud a iliz euz ar barrez ne reont ket war-dro ar re a zo skoet gand ar c’hleñved. Person Argol eñ e-neus truez outo hag a ra war o zro gand kalon. Tud Argol a c’houlenn neuze digand an eskob e vefe savet eur chapel evid an tachad-se, hag evel-se e oe krouet an enezennad. Doare-ober person Argol a oe hini kalz kloer da vare ar c’hleñvejou-red. Gouzoud a reer penaoz e varvas Santig Du e Kemper e 1349 skuiz-maro oc’h intent ouz an dud skoet gand ar vosenn. E Plouvien ez-eus eur bez bet savet e 1509 da zerhel soñj ouz pevar beleg a roas evel-se o buez war-dro ar re vosennet. E Kerlouan e 1776 e varvas ar person eet skuiz-divi o veza noz-deiz war-dro ar re glañv, e gureed o veza marvet.
   E gwirionez ez-eus bet atao, bep tro ma c’hoarveze eur reuziad kleñved-red, tud hag a yee beteg penn pella o nerz evid sikour ar re glañv ha konforti anezo. Her gwelet on-eus en nevez-amzer er bloaz-mañ. Ma n’om ket oll galvet da gement-se, ez-om koulskoude galvet da zoursial ouz ar re reuzeudika tro-dro deom, ha dreist-oll ar re gosa. O buhez a zo eun teñzor evid o famill, hag evidom-ni ive. Ankounac’heet or-boa talvoudegez buhez mabden, dallet ma vedom gand an traou. Gouzoud a reom bremañ n’eus ket talvoudusoc’h eged ar vuhez, peogwir e ro tro deom da gared ha da veza karet... hag ar c’homzou ’vel ar jestrou a garantez a oar rei buhez. Evid kement-se n’eo morse re ziwezad, hag eo e galloud pep hini ahanom!


Coronavirus: jusqu'à quand nos aînés vont-ils rester confinés?   Nous voici reconfinés, pour la seconde fois cette année, et personne ne sait combien de temps encore le maudit Covid-19 continuera ses ravages. C’est fatiguant pour tout le monde, car cela nous demande d’être constamment attentifs à la vie des autres, et de protéger leur vie comme la nôtre. Dans la vie ordinaire, jusqu’à cette pandémie, nous ne savions pas qu’il nous fallait faire cela. Nous sommes appelés à nous soucier tous ensemble de la vie des plus faibles. Le vieil adage : «Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’ils te fassent !» est à vivre aujourd’hui ainsi : «Fais aux autres ce que tu voudrais qu’ils te fassent !» Si nous choisissons cet état d’esprit, ce temps de confinement sera plus efficace et plus joyeux.
   Au cours de mes recherches au sujet des épidémies de peste en Finistère au moyen-âge, j’ai entendu parler d’une enclave dans la paroisse de Landévennec, enclave rattachée aujourd’hui encore à Argol. En 1347 la presqu’île de Crozon fut atteinte par la peste, et en particulier les hameaux de Troveog, Killien, Lomergad, Kervoulac’h et Kerlivit. «Le curé de Crozon et les hommes d’église de la paroisse se désintéressent des pestiférés. La cure d’Argol porte assistance en s’exposant. A la demande de la population d'Argol, l'évêque ordonna la construction d'une chapelle qui entraîna la création de l'enclave d'Argol.» Le comportement du curé d’Argol fut celui de bien des clercs en périodes d’épidémies. On sait comment Santig Du, à Quimper en 1349, mourut d’épuisement en prenant soin des pestiférés. Il y a à Plouvien une tombe de 1509 qui rappelle le souvenir de quatre prêtres qui furent victimes de leur dévouement auprès des pestiférés. A Kerlouan en 1776, le recteur mourut d’épuisement au service des malades, ses curés étant morts...
   En réalité il y eut toujours, chaque fois que survenait une épidémie, des gens qui allaient jusqu’au bout de leurs forces pour aider les malades et les consoler. Nous l’avons encore vu cette année au printemps. Si nous ne sommes pas tous appelés à cela, nous sommes cependant appelés à nous soucier des plus malheureux autour de nous, et en particulier des plus âgés. Leur vie est un trésor pour leur famille, et pour nous aussi. Nous avions oublié la valeur de la vie humaine, aveuglés que nous étions par les biens. Nous savons maintenant qu’il n’y a pas plus important que la vie, parce qu’elle nous donne d’aimer et d’être aimé... et que les paroles et les gestes d’amour savent donner vie. Pour cela, il n’est jamais trop tard, et c’est au pouvoir de chacun de nous!

Job an Irien d'ar 5 a viz du / le 5 novembre.

Deski Kantikou brezoneg / Séance d'apprentissage de Cantiques bretons.

 

Ne vo ket eun abadenn evid deski kantikou nevez d'an 11 a viz du.

Il n'y aura pas de séance d'apprentissage de cantiques le 11 novembre.

Sikourit ar sevenadur / Soutenez la culture

An Niverenn Nevez (172) MINIHI LEVENEZ : Blaz an deiziou / Pennadou

 

Nouveau numéro (172) de la revue MINIHI LEVENEZ :

Blaz an deiziou / La saveur des jours

Pennadou / Chroniques 2019 - 2020

Koumanant bloaz (Bep eil miz), Abonnement annuel à la revue "MINIHI LEVENEZ" : 50 €

KLIKIT AMAÑ / CLIQUEZ ICI :

M'ho peus c'hoant kaout leoriou pe bladennou / Bon de commande.

30ed deiz-ha-bloaz Minihi 30ed deiz-ha-bloaz Minihi dsc03138 dsc03140 dsc03143 dsc03144 dsc03145 dsc03147 dsc03148 dsc03149 dsc03153 dsc03155 dsc03157 dsc03161 dsc03162 dsc03163 dsc03164 dsc03165 dsc03166 dsc03167 dsc03168 dsc03172 dsc03173 dsc03174 dsc03176 dsc03177 dsc03181
<< > || >>
Free business joomla templates