Home

KELEIER / ACTUALITES

Santig Du


PRIER AVEC SANTIG DU EN TEMPS DE PANDEMIE - Diocèse de Quimper    «Ha perag ez-oc’h gwisket ken paour ?» a veze goulennet digand ar breur Yannig. Hag eñ a responte : «Ablamour ma ’z-on an disterra euz ar vreudeur.» E 1316 e-noa ar breur Yannig, ginidig euz Sant-Nouga, kuiteet parrez Sant-Gregor e Roazon ’lec’h ma oa bet person epad 13 vloaz, evid dond da veza breur fransiskan e Kemper. N’e-noa mui netra war e ano, ha ne oa nemed eur paour-kêz den o skei war dor eur gouent evid goulenn beza resevet en urz. Kalon Yann a oa digor evid an oll, dreist-oll evid ar beorien, ar gakouzed a yee da weled bemdez pe dost. Brokuz e oa ha prest da rei pep tra euz ar pez e-noa. Aliez ez ae da gestal evid ar re baour. Goude ar brezel etre Charlez ar Bleiz ha Yann Monforz a skoas war kêr Gemper e 1344-45, setu ar gernez vraz o skei didruez e 1346, hag ar breur Yann divoutou dre ar ruiou : «Tud a zo war-nez mervel gand an naon, deuit war o zikour !» Sammet eo Yannig gand e zac’h re bonner, med seulvui eo ponner, seulvui eo laouen. Ar zoubenn a zo o virvi en eur chaodouron vraz, Yannig oc’h ober tan. Eun deiz e roas evel-se soubenn d’eur mil a dud.
    E miz eost 1349, gwasoc’h c’hoaz : ar vosenn o skei war Gemper. Yannig ne ehan ket. Mond a ra dre ar ruiou, a di da di, e ti ar re baourra, ar re genta taget, êz eo da intent. Setu eñ warzu ar re zo dare da vervel, o c’hovez a ra, rei konfort dezo en o eur ziweza... hag o zebelia goude o maro. Ar breur Yann a zo aze gand e bedennou, e zaelou, e garantez. Tri bloaz ha tregont a zo ema evel-se ar breur Yann oc’h astenn war Gemper mantel e garantez. Med ar vosenn a zeuas a-benn anezañ a-benn ar fin. Eun devez e krogas ennañ da vad. O tistrei d’ar gouent e oa skuiz maro. Ar breur Yannig a bedas beteg e huanadenn ziweza, hag e ene a guiteas e gorv d’ar 15 a viz kerzu 1349. Yannig a Zant-Nouga a oa nao bloaz ha tri-ugent.
    An eñvor anezañ n’eo ket bet kollet nag e Kemper, nag e Sant-Nouga, hag e iliz-veur Kemper e teu c’hoaz koulz lavared bemdez tud da zigas bara evid ar re baour dirag delwenn an hini a vez greet anezañ Santig Du, peogwir eo bet livet e du e zae c’hriz ! ’Doug kleñved-red ar C’hovid-19, ez-eus bet en on touez meur a zantig-du hag o-deus roet o amzer, o aket hag o c’harantez da glask savetei ha d’an nebeuta kalonekaad ar re a zo bet taget gand ar c’hleñved. Mousc’hoarz laouen ar breur Yannig a lavar deom e c’hell eur bann-heol treuzi ar gwasa teñvalijenn.

(Diwar Santig Du, Visant Favé)

    «Pourbannière de Santig du, dessinée à Concarneau. Elle sera brodée par ...quoi es-tu si pauvrement vêtu ?» demandait-on au frère Yannig. Et il répondait : «Parce que je suis le moindre des frères.» En 1316 le frère Yannig, originaire de Saint-Vougay, avait quitté la paroisse de Saint-Grégoire à Rennes, dont il avait été le recteur pendant treize ans, pour devenir frère franciscain à Quimper. Il ne possédait rien, et n’était qu’un pauvre homme venant frapper à la porte d’un couvent pour demander à être reçu dans l’ordre. Le coeur de Jean était ouvert à tous, plus particulièrement aux pauvres, les cacous (lépreux) qu’il allait voir presque tous les jours. Il était généreux et prêt à donner tout ce qu’il avait. Il allait souvent quêter pour les pauvres. Après la guerre entre Charles de Blois et Jean de Montfort qui frappa la ville de Quimper en 1344-1345, voici la famine qui sévit sans pitié en 1346, et le frère Jean «sans souliers» de parcourir les rues : «Il y a des gens sur le point de mourir de faim, venez à leur aide !» Il est trop lourd le sac de Yannig, mais plus il est lourd et plus il se réjouit. La soupe est en train de bouillir dans une grande marmite et Jean est à faire du feu. Un jour il servit ainsi la soupe à un millier de personnes.
    Au mois d’aôut 1349, pire encore : la peste s’abat sur Quimper. Yannig n’arrête pas. Il parcourt les rues, il va de maison en maison, chez les plus pauvres, ceux qui sont les premiers atteints, cela se comprend facilement. Le voilà au chevet des moribonds; il les confesse et les réconforte à leur dernière heure... et les ensevelit après leur mort. Le frère Jean est là, avec ses larmes, ses prières et son amour. Cela fait trente trois ans qu’il est ainsi, répandant sur la ville de Quimper le manteau de sa charité. Mais à la fin, la peste vint à bout de lui. Un jour la maladie l’atteignit pour de bon. En retournant au Couvent, il était mort de fatigue. Le frère Jean pria jusqu’à son dernier souffle, et son âme quitta son corps le 15 décembre 1349. Yannig de Saint-Vougay avait 69 ans.
    Son souvenir ne s’est perdu ni à Quimper, ni à Saint-Vougay, et à la cathédrale de Quimper des gens viennent encore pratiquement chaque jour apporter du pain pour les pauvres devant la statue de celui qu’on appelle le petit saint noir parce que sa bure grise a été peinte en noir ! Au cours de l’épidémie de Covid-19, il y a eu parmi nous bien des Santig-Du qui ont donné leur temps, leur soin et leur amour pour sauver et au moins encourager ceux qui ont été atteints par la maladie. Le sourire joyeux du frère Jean nous dit qu’un rayon de soleil peut traverser la pire obscurité.

(D’après Santig Du par Visant Seité)

Job an Irien d'ar 26 a viz even / le 26 juin.

Kleñved-red / Epidémie


De la peur de l'épidémie de coronavirus à "l'épidémie de la peur ...    Ne ouiem ket kén petra ’oa eur c’hleñved-red. Er c’hantved diweza, on tud koz o-doa soñja mad c’hoaz euz ar grip-spagnolad, hag he-doa rasket milionou a dud, hag ive euz ar c’holera e-noa greet e reuz en naontegved kantved. Med ar gwasa euz ar c’hleñvejou-ze, hag a lakee spont e kalon an dud pa veze ano anezañ, a oa ar vosenn. Houmañ he-doa pourmenet dre ar vro, e lec’h pe lec’h, etre 1348 ha 1598, ’lec’h ma chomas a-zav e Plougastell, goude beza kaset d’ar vered an hanter euz poblañs ar barrez. War a leverer, an aotrou a Gereraod, taget d’e dro gand ar c’hleñved spontuz, e-noa greet le da Zoue, ma vefe an diweza, da zevel eur c’halvar braz e bered Plougastell. Hag e oe an diweza : mervel a reas e miz gwengolo 1598. Ar vosenn a jomas a-zav en deiz-se e Toull-ar-Groaz, war hent an Arvor, ’lec’h ma weler hirio c’hoaz Kroaz ar Vosenn. Tud ar barrez a ’n’em unanas gand le an aotrou a Gereraod evid sevel ar groaz-se ha dreist-oll ar c’halvar braz, a oe echu e 1604, hag a zo bet adkempennet goude distrujou braz ar brezel diweza.
    Eveljust e oe savet eur vojenn da gonta penaoz e oa deuet ar vosenn beteg Plougastell. E-kichenn Toull ar Groaz e oa eun vilin-avel, hag ar miliner yaouank, nevez dimezet, e-noa prometet d’e wreg mond d’ober eun dro da Vrest. War an distro, e-kichenn an treiz, o-doa kavet eur vaouez koz a c’houlenne diganto an aluzenn, rag n’he-doa gwenneg toull ebed evid paea an treizour. Paeet o-doa eviti, hag eur wech treuzet an Elorn, he-doa houmañ lavaret dezo : «Mad oc’h bet evidon, ha d’am zro e roan deoc’h eur prov : ar vuez ! Me eo ar vosenn. Ober a ran tro-Breiz hag e teuan da ober va eost e Plougastell. Prometi a ran deoc’h e chomin a-zav e toull ho tor !» Ar pez a c’hoarvezas. An heveleb istor dre vraz a vez kontet war an harzou etre Elian ha Tourc’h, er Groazig, ’lec’h ma chomas ive a-zav ar vosenn.
    D’ar mare-ze ne oa louzou ebed eneb ar vosenn. Ne c’hellent nemed trei o daoulagad war-zu Doue ha pedi kaloneg an daou zant brudet evid o diwall diouz ar c’hleñved, sant Rok ha sant Sebastian, hag e pep iliz koulz lavared e vezo kavet eun delwenn euz hini pe hini. Eur c’hiz koulskoude a ’n em stalias e parrez pe barrez : an dour o veza gwelet ’giz enebour ar vosenn, lod euz an dud, goude beza bet en eun interamant, a gemeras ar pleg da walhi o daouarn gand dour glan. Eun dra hag a anavezom c’hoaz. (Da veza kendalhet).


La grande peste noire du Moyen Âge [Vidéo] – Aphadolie – DE LA ...   Nous ne savions plus ce qu’était une épidémie. Au siècle dernier, nos anciens se souvenaient bien encore de la grippe espagnole qui avait éliminé des millions de gens, et aussi du choléra qui avait fait ses ravages au XIXème siècle. Mais la pire de ces maladies, qui semait l’épouvante dans le coeur des gens dès que l’on en parlait, c’était la peste. Celle-ci avait parcouru le pays, d’un lieu à l’autre, entre 1348 et 1598, où elle s’arrêta à Plougastel, après avoir conduit au cimetière la moitié de la population de la paroisse. Selon les dires, le sieur de Kérérault, atteint à son tour par la terrible maladie, avait fait voeu à Dieu, s’il était le dernier, d’élever un grand calvaire dans le cimetière de Plougastel. Et il fut le dernier : il mourut en septembre 1598. La peste s’arrêta ce jour-là à Toull-ar-Groaz, sur la route de l’Armorique, là où se voit aujourd’hui encore la Croix de Peste. Les paroissiens s’unirent au voeu du sieur de Kérérault pour éléver cette croix et surtout le grand calvaire, qui fut terminé en 1604, et qui a été restauré après les destructions de la dernière guerre.
    Une légende bien sûr germa pour raconter comment la peste était parvenue à Plougastel. Auprès de Toull-ar-groaz, il y avait un moulin à vent, et le jeune meunier, nouvellement marié, avait promis à sa femme d’aller faire un tour à Brest. Au retour, auprès du passage, ils avaient rencontré une vieille femme qui leur demandait l’aumône, car elle n’avait pas le moindre sou percé pour payer le passeur. Ils payèrent pour elle, et une fois l’Elorn traversé, elle leur dit : «Vous avez été bons pour moi, et à mon tour je vous fais un cadeau: la vie. Je suis la peste. Je fais le tour de la Bretagne et je viens faire ma moisson à Plougastel. Je vous promets que je m’arrêterai au pas de votre porte !» Ce qui advint. La même histoire en gros se raconte aux limites d’Elliant et de Tourc’h, au Croisic, où s’arrêta aussi la peste.
    A l’époque, il n’y avait aucun remède contre la peste. Les gens ne pouvaient que tourner leurs regards vers Dieu, et prier intensément les deux saints renommés pour les protéger de la maladie, saint Roch et saint Sébastien, et dans pratiquement toutes les églises on trouvera une statue de l’un ou de l’autre. Une coutume cependant va s’établir dans certaines paroisses : l’eau étant vue comme ennemie de la peste, certains, au retour d’un enterrement, prirent l’habitude de se laver les mains à l’eau pure. C’est quelque chose que nous connaissons encore. (à suivre)

Job an Irien d'ar 19 a viz even / le 19 juin.

Eul louzou ? / Un remède ?



Prévoir de perdre la tête: pas bête - Le Courrier   «Kollet he-deus he fenn ! Ne oar ket kén e pelec’h ema. A-vec’h ma anavez ahanon pa ’z-an da weled anezi. En em c’houlenn a ran ha n’on-eus ket gortozet re araog klask eun ti-retred eviti. Med red e oa ober eun dra bennag, rag dañjeruz e teue da veza eviti chom hec’h unan-penn en he zi : koueza a rae aliez hag he-doa ezomm sikour noz-deiz koulz lavared... Penaoz rei kalon dezi da veva ? Marteze n’on-eus ket gwarezet anezi awalc’h. Hag ar C’hovid 19 a zo bet eur spont eviti...» Kollet da vad e zeblante ar vaouez-se beza hag e konte din he glahar hag he skuizder. N’he-doa morse soñjet e c’hoarvezfe kement-se gand he mamm, hag a oa bet atao ken laouen ha ken beo-birvidig.
   Eveljust, n’am-boa respont ebed da rei dezi, ne c’hellen nemed selaou anezi. Konta a reas din an deveziou ’lec’h ma oa bet kraouiet he mamm, hec’h unan-penn en he c’hambr, ha ne c’helle ket kén mond da weled anezi... Pegen diêz ! E-serr konta din buez he mamm, e c’houlennis diganti m’he-doa soñj euz deveziou ’lec’h ma oa bet he mamm eüruz ablamour dezi, he merc’h, ha ma oant bet eüruz asamblez er mareou-ze. Chom a reas mud eur pennadig. Ne wele ket, rag n’he-doa morse soñjet en dra-ze. A-nebeudou e teuas soñj dezi euz daou pe dri vare dreist-oll ’lec’h m’he-doa gwelet levenez vraz o sklêrijenna daoulagad he mamm ablamour dezi, he merc’h. «Pa c’helli, digas soñj d’az mamm euz ar mareou-ze, ’n-eur gemer da amzer, ha marteze e tihuno he spered en-dro !»
   Gouzoud a ran mad ne c’helle ket va c’homzou respont da c’hlahar ar vaouez-se, med gouzoud a ran ive o-deus ar re goz ezomm da veza anavezet evid ar pez a vad o-deus greet. Lavared dezo on anaoudegez vad, lavared dezo or c’harantez evito n’eo ket amzer gollet : ar c’hontrol eo, peogwir eo or gwella doare da rei dezo da intent e kontont evidom. Techet awalc’h int dija da weled kement tra e du, ha d’en em varn. Diskouez dezo e karom anezo a vezo atao ar gwella louzou evid o zacha ouz kostez ar vuez !


Avez-vous l'impression que le cancer vous fait perdre la tête ...   «Elle a perdu la tête ! Elle ne sait plus où elle est. A peine me reconnaît-elle quand je vais la voir. Je me demande si nous n’avons pas trop attendu avant de lui trouver une maison de retraite. Mais il fallait bien faire quelque chose, car cela devenait trop dangereux pour elle de rester toute seule dans sa maison : elle tombait souvent et elle avait besoin d’aide pratiquement jour et nuit... Comment l’encourager à vivre ? Peut-être ne l’avons nous pas assez protégée. Et le Covid 19 a été épouvantable pour elle...» Cette femme qui me racontait sa tristesse et sa fatigue semblait totalement perdue. Elle n’avait jamais imaginé que quelque chose de semblable arrive à sa mère, qui avait toujours été si joyeuse et si vivante.
   Je n’avais bien sûr aucune réponse à lui donner, je ne pouvais que l’écouter. Elle me raconta les jours où sa mère avait été confinée, toute seule dans sa chambre, et qu’elle ne pouvait même plus aller la voir... Que c’était dur ! Comme elle me racontait la vie de sa mère, je lui demandai si elle se souvenait de jours où sa mère avait été heureuse à cause d’elle, sa fille, et si elles avaient été heureuses ensemble en ces moments là. Elle resta muette un moment. Elle ne voyait pas, car elle n’avait jamais réfléchi à cela. Peu à peu elle se souvint de deux ou trois moments surtout où elle avait vu une grande joie éclairer le regard de sa mère à cause d’elle, sa fille. «Quand tu pourras, rappelle à ta maman ces moments-là, en prenant ton temps, et son esprit de réveillera peut-être !»
   Je sais bien que mes paroles ne pouvaient pas répondre à l’affliction de cette femme, mais je sais aussi que les personnes âgées ont besoin d’être reconnues pour ce qu’elles ont fait de bien. Leur dire notre reconnaissance, leur dire notre amour, ce n’est pas du temps perdu : au contraire, car c’est la meilleure façon de leur faire comprendre qu’elles comptent pour nous. Elles ont déjà trop tendance à tout voir en noir, et à se juger. Leur montrer que nous les aimons sera toujours le meilleur remède pour les tirer du côté de la vie !

Job an Irien d'ar 12 a viz even / le 12 juin.

An Niverenn Nevez (171) MINIHI LEVENEZ : An douar hag an aoter IV / St Gwenole ha Landevenneg

 

 

Nouveau numéro (171) de la revue MINIHI LEVENEZ :

An dour hag an aoter IV / l'eau et l'autel

Sant Gwenole ha Landevenneg

Koumanant bloaz (Bep eil miz), Abonnement annuel à la revue "MINIHI LEVENEZ" : 50 €

KLIKIT AMAÑ / CLIQUEZ ICI :

M'ho peus c'hoant kaout leoriou pe bladennou / Bon de commande.

PELERINAJ 2020 / PELERINAGE 2020

 

 

KERNE VEUR : Eil lodenn miz gouere.

Lakaad an ano araog Nedeleg en eur skriva da "Minihi Levenez 29 800 TRELEVENEZ"

CORNOUAILLES : Fin juillet.

S'inscrire avant Noël afin de réserver des logements, en écrivant à "Minihi Levenez 29800 Tréflévenez"  

30ed deiz-ha-bloaz Minihi 30ed deiz-ha-bloaz Minihi dsc03138 dsc03140 dsc03143 dsc03144 dsc03145 dsc03147 dsc03148 dsc03149 dsc03153 dsc03155 dsc03157 dsc03161 dsc03162 dsc03163 dsc03164 dsc03165 dsc03166 dsc03167 dsc03168 dsc03172 dsc03173 dsc03174 dsc03176 dsc03177 dsc03181
<< > || >>
Free business joomla templates