Home

KELEIER / ACTUALITES

Eun ivern / Un enfer

   Penaoz cheñch penn d’ar soñjou ? Penaoz cheñch doare da zelled ouz ar bed ha chom a-zav da weled anezañ bepred ’vel du ha dañjeruz ? Hag euz a belec’h e teu deom seurt soñjou a ampoezon or buez bemdez, hag a vir ouzom da veva e gwirionez, peogwir e vezer debret atao gand an aon ? Aon da veza saotret, aon da goueza gwall-glañv da vad, aon da dreuskas ar c’hleñved d’ar re all, ha dreist-oll d’or famill... Hag alese an ezomm da gemer meur a strink-dour bemdez ha da walhi meur a wech daouarn, plajou ha gwer, ha d’en em zizober euz kement tra a c’hellfe beza bet saotret... Ar vuez a zeu da veza diêz ha divlas, hag ouspenn-ze en em zanter kabluz, peogwir e weler mad e lakaer diêz buez ar re all... Pa vezer eet ken don-se er c’hollkalon, penaoz maga c’hoaz eun tamm esperañs ? Penaoz dond er-mêz euz eur seurt ivern ?
   N’ouzon ket hag ez-eus eun hent da zond er-mêz euz eun ivern, forz pehini e vefe. Meur a wech am-eus klevet va mamm-goz o lavared : «Na jomit ket da zelled ouz an droug, pe e kouezoc’h e-barz !» Soñjal a rae moarvad er pôtrig o selled ouz e skeudenn e foñs ar puñs, hag a oa e riskl da goueza e-barz. Gwir eo e vez re aliez roet deom da weled ar pez ne ’z-a ket mad en or bed, hag e vefe peadra da fallgaloni o selled bepred ouz ar c’heleier war an tele. Arabad beza dall eveljust, ha selled ouz an droug evid kavoud ar gwella tu d’en em zizober dioutañ, a c’hell beza penn-kenta ar furnez. Ar vad ne ra ket a drouz, ha ne zedenn ket kement an arvesterien ! Ha koulskoude, m’am-eus soñj mad, eo an hent nemetañ o-doa kavet an Iwerzoniz a-wechall da denna unan bennag euz an ivern... ha marteze n’eo ket sod !
   Penaoz neuze ? Dre ar pez a anvent ar «Biait». Eur salm eo, an hirra euz ar zalmou, peogwir ez-eus ennañ daou war ’n’ugent poz a eiz gwerzenn hir, a ganent da fin peb ofis, evid an hini a bedent evitañ. Eun doare eo, heb fin ha war bep ton, da gana ar justis, ar vadelez, ar fiziañs, ar peoc’h, al lezenn ’vel eun hent a vuez... Diazezet eo penn-da-benn war ar feiz eveljust, med da genta eo eur c’han a veuleudi a zigor kalon an den. Menec’h bro-Iwerzon a lavare e veze red kaoud bloaz evid tenna unan bennag euz e ivern, ar pez a lavar mad pegen diêz e c’hell beza diwrizienna da vad eun doare tort da weled ar bed hag ar re all. Talvezoud a ra ar boan ober eun taol-esa. Pep hini ahanom a oar mad e-neus ennañ, en e galon hag en e spered, ton ha komzou eur c’han pe eur c’hantik a zo gouest da drei e spered war an tu mad, war tu ar vuez. Perag ne vouskanfem ket anezañ aliesoc’h, deom da gaoud eur penn laouennoc’h ? Vad a rafe deom, ha d’ar re all ive
Sortir de l'enfer par Patrick Le Hyaric - ROUGE CERISE   Comment changer ses pensées ? Comment changer de manière de voir le monde et arrêter de le voir toujours comme sombre et dangereux ? Et d’où nous viennent de telles pensées qui empoisonnent notre vie quotidienne, et nous empêchent de vivre en réalité puisque nous sommes toujours en proie à la peur ? Peur d’être salis, peur de tomber gravement malades, peur de transmettre la maladie à d’autres, et surtout à notre famille... Et de là ce besoin de prendre plusieurs douches chaque jour, de se laver souvent les mains et de laver assiettes, verres, et de se débarrasser de tout ce qui aurait pu être sali... La vie devient difficile et insipide, et en outre on se sent coupable, parce qu’on voit bien qu’on qu’on rend difficile la vie des autres... Quand on est arrivé aussi loin dans le découragement, comment nourrir encore un brin d’espérance ? Comment sortir d’ un tel enfer ?
   Je ne sais s’il existe un chemin pour sortir d’un enfer, quel qu’il soit. Bien des fois j’ai entendu ma grand-mère dire : «Ne restez pas à regarder le mal, ou vous tomberez dedans !» Elle pensait sans doute au petit garçon qui regardait son image au fond du puits et qui risquait d’y tomber. Il est vrai qu’on nous donne trop souvent à voir ce qui ne va pas bien dans notre monde, et qu’il y aurait de quoi se décourager en regardant toujours les nouvelles à la télé. Il ne s’agit pas d’être aveugles cependant, et regarder le mal pour trouver la meilleure façon de s’en défaire peut être le début de la sagesse. Le bien ne fait pas de bruit et n’attire pas autant les spectateurs ! Et cependant, si j’ai bonne mémoire, c’est le seul chemin que les Irlandais d’autrefois avaient trouvé pour sortir quelqu’un de l’enfer... et ce n’est peut-être pas idiot !
   Comment ? Par ce qu’ils appelaient le «Biait». C’est un psaume, le plus long des psaumes, car on y trouve vingt deux strophes de huit longs vers, qu’ils chantaient à la fin de chaque office pour celui pour qui ils priaient. C’est une façon et sous diverses dormes de chanter la justice, la bonté, la confiance, la paix, la loi de Dieu comme un chemin de vie... Entièrement fondé sur la foi bien sûr, c’est d’abord un chant de louange qui élargit le coeur de l’homme. Les moines irlandais disaient qu’il fallait un an pour sortir quelqu’un de son enfer, ce qui dit bien combien il est difficile de déraciner réellement une manière tordue de voir le monde et les autres. Cela vaut pourtant la peine d’essayer. Chacun de nous sait bien qu’il a en lui-même, dans son coeur et son esprit, l’air et les paroles d’un chant ou d’un cantique capable d’orienter son esprit vers le bien, vers la vie. Pourquoi ne le murmurerions nous pas plus souvent, pour avoir une tête plus joyeuse ? Cela nous ferait du bien, et aux autres aussi ! Job an Irien d'ar 16 a viz gouere / le 16 juillet.

An Niverenn (175) MINIHI LEVENEZ numéro (175) de la revue MINIHI LEVENEZ

 

An Niverenn (175) MINIHI LEVENEZ numéro (175) de la revue MINIHI LEVENEZ:

Pennadou / Chroniques

2020 HA SANT-ERWAN MONTROULEZEt Saint Yves de MORLAIX.

Koumanant bloaz (Bep eil miz) Abonnement annuel à la revue "MINIHI LEVENEZ": 50€

KLIKIT AMAÑ / CLIQUEZ ICI :

M'ho peus c'hoant kaout leoriou pe bladennou / Bon de commande. 

Tostig tost / Tout prêt.

Deuet eo ar poent din da skriva va fennad, med diwar petra en taol-mañ ? Klevet on-eus awalc’h diwar-benn ar votadegou, diwar-benn Tro-Frañs, diwar-benn ar C’hovid daonet a gas kement a dud d’ar vered dre ar bed a-bez, ha diwar-benn gwalleuriou poblou kenta ar C’hanada... hag em-bije c’hoant lavared : awalc’h bremañ, an hañv eo, bremaig e vo an eost, savom or penn ha deom da vale, da glask sioulder ha peoc’h... ha marteze ne vezim ket ken debret gand trouzou digalonekaüz ar bed o trei, hag a gont deom bemdez diêzamañchou an oll.
Med daoust ha n’eo ket tehed, a c’hosmol din va c’houstiañs ? Petra ‘lavarin ? Netra nemed an dra-mañ : war ar pez a zo tost e c’hellan eun dra bennag, ha marteze eo deuet din ar poent da zelled da vad ouz ar pez a zo tost, da veza gand ar pez a zo tost, tud ha loened, mignoned hag amezeien, heñchou ha savaduriou, plant ha gwez ha ribouliou ha gwenojennou... Deuet eo ar mare da zizolei gand karantez, gand eur zell digor ha kiriuz, deuet eo ar mare da veza digemeruz da vad, da lavared eo da lezel eur plas ennon da zoareou disheñvel da weled ar bed hag ar vuez pemdezieg. Deuet eo ar mare da walhi va daoulagad ha da zelled en eun doare nevez, ’vel gand daoulagad eur bugel, ouz ar pez a zo tost, ha ne welan ket kén dre forz e weled bemdez.
Lakeet am-eus va boutou-bale, kemeret va baz, hag on eet en hent...hag a-vec’h eet er mêz, setu m’eo bet karget va skouarn gand kan dizehan al laboused. Gwennili a welan o troidellad heb fin etre ar gwez uhel hag ar savaduriou. Mouilhi a glevan o pipial er c’harz pelloc’h, hag er pellder pichoned o c’hrougousad. Hag e teu soñj din euz troiou-lavar koz ’vel «Amzer vrao pa vez an durzunel o kana ’touez an dero hag ar fao», hag o soñjal er ragach er c’harz «Eul labousig ’zo ’lavar pep hini d’e dro» ha c’hoaz «ar pez a ra d’an dridi beza treud : kalz emaint war nebeud». Al labous ’vez anavezet diouz e gan, med siwaz kalz re am-eus ankounac’heet anezo. Gweled a ran mad penaoz, gand on doare-beva a-vremañ, on-eus kollet or sell a vugel war an natur, pa ouiem kemer amzer da glask neiziou ha da anoud kemend labous. Eun eurvez bale en natur ‘deus roet c’hoant din d’en em lakaad da zelaou en-dro, gand pasianted ! Ha perag ne vefe ket heñvel evid an dud ? Eur gwir labour-vakañsou !
Les bienfaits incroyables de la marche sur la santé - Les recettes de Caty
Il est temps pour moi d’écrire mon article, mais à quel sujet cette fois ? Nous avons assez entendu au sujet des élections, et du Tour de France, ainsi que de ce damné Covid qui conduit au cimetière tant de gens de par le monde, et des malheurs des peuples premiers du Canada... et j’aurais bien envie de dire : cela suffit maintenant, c’est l’été, bientôt ce sera la moisson, relevons la tête et allons marcher, rechercher le silence et la paix... et peut-être serons-nous moins dévorés par les bruits décourageants de ce monde qui tourne, et nous raconte chaque jour les difficultés de tous.
Mais n’est-ce pas fuir, murmure ma conscience ? Que dirai-je ? Simplement ceci : c’est sur ce qui est proche que je peux quelque chose, et peut-être que le moment est venu pour moi de bien regarder ce qui est à côté, d’être avec ce qui est proche, hommes et animaux, amis et voisins, chemins et constructions, plantes et arbres et passages étroits et sentiers... Le temps est venu de découvrir avec amour, avec un regard ouvert et curieux, le temps est venu d’être vraiment accueillant, c’est à dire de laisser une place en moi à des manières différentes de voir le monde et la vie quotidienne. Il est venu le temps de me laver les yeux et de regarder de manière nouvelle, comme avec des yeux d’enfant, ce qui est proche et que je ne vois plus à force de le voir tous les jours.
J’ai mis mes chaussures de marche, pris mon bâton et suis parti en route... et à peine j’étais sorti que j’ai eu l’oreille remplie du chant incessant des oiseaux. Je vois des hirondelles qui tournoient sans fin entre les grands arbres et les constructions. J’entends des merles qui piaillent plus loin, et dans le lointain des pigeons qui roucoulent. Et me reviennent d’anciens proverbes tels que «Beau temps quand la tourterelle chante dans le chêne et le hêtre» et pensant au caquetage dans la haie «Un oiseau dit : chacun son tour» et encore «Ce qui rend maigre les étourneaux, c’est qu’ils sont plusieurs sur le même morceau». L’oiseau se reconnait à son chant, mais hélas je les ai trop oubliés. Je vois bien comment, par notre manière actuelle de vivre, nous avons perdu notre regard d’enfant sur la nature, nous qui savions prendre le temps de chercher des nids et de connaître chaque oiseau. Une heure de marche dans la nature m’a donné envie de me remettre à écouter avec patience ! Et pourquoi n’en serait-il pas autant envers les gens ? Un vrai devoir de vacances !

Job an Irien d'ar 2 a viz gouere / le 3 juillet

30ed deiz-ha-bloaz Minihi 30ed deiz-ha-bloaz Minihi dsc03138 dsc03140 dsc03143 dsc03144 dsc03145 dsc03147 dsc03148 dsc03149 dsc03153 dsc03155 dsc03157 dsc03161 dsc03162 dsc03163 dsc03164 dsc03165 dsc03166 dsc03167 dsc03168 dsc03172 dsc03173 dsc03174 dsc03176 dsc03177 dsc03181
<< > || >>
Free business joomla templates