HomeKontadenn / Une Histoire

Kontadenn / Une Histoire

N’eus ket gwelloc’h eged ar gomz hag eur zell madelezuz evid sacha unan bennag euz e lagenn ! Yann an Du a gonte an istor-mañ, eun istor wir, evid rei da gomprenn an dra-ze. En eun ti a vugale ampechet en o izili eo c’hoarvezet ar pez a ’z-an da gonta deoc’h. Goude lein e oa, just warlerc’h ar pred. Yannig, eur pôtr a zeg vloaz hag a valee gand sikour flahou, a oa deuet er-mêz euz ar zal-debri eun tammig araog ar re all, hag a yee euz an eil penn d’egile euz an trepas diavêz. Red eo lavared e oa an trepas-se ’vel eur c’hloastr a skoe war eul liorz diabarz. Dre ar prenescher e veze gwelet al liorz. E miz c’hwevrer e oa, ha Yannig ’noa gwelet dre ar prenestr eur vleunienn digor e-kreiz al liorz, eur vleunienn kamelia roz, an hini genta er wezennig-ze bet plantet araog ar goañv. Amzer eun taol-lagad hag e lakeas en e benn mond da gutuill anezi evid e vignonez Lena.
Den ebed tro-war-dro d’e zikour da vond beteg eno. Mond a rafe memestra ! Digeri a reas eun nor, hag en eur jilgammad ez eas, kammed goude kammed, gand ar wenojenn beteg kreiz al liorz. Harpet mad war unan euz e flahou, e lezas eben war an douar, hag e stouas evid dispega ar skourrig a zouge ar vleunienn. Dond a reas a-benn d’henn ober, med pa zavas e gein en-dro, e rinklas ar flac’h hag e kouezas war e reor, ar vleunienn atao gantañ en e zorn dehou. Penaoz sevel bremañ ? Aliez, pa goueze evel-se, e rañke unan bennag dond d’e zikour da zevel beteg beza en-dro sonn war e gillorou. Pèr, ar pôtr yaouank a ree war e dro, pa zeuas er-mêz euz an zal-debri, a welas dioustu Yannig kouezet e-kreiz al liorz. Mond a reas d’e gavoud. Daoubleget dirazañ, e lavaras dezañ : «Yannig, Sao ’ta ! Gouest out !» Yannig a glaskas sevel, med ne zeuas ket a-benn. Pèr a oa atao dirazañ, o para e zaoulagad warnañ heb ger ebed gantañ. Yannig a yeas ’vel e kounnar. Ha neuze, en eur gemer harp war e ilinou, e teuas a-nebeudou a-benn da zevel e reor ha da zevel e gein : en e zav e oa ! Eur mousc’hoarz ledan a oa war e fas.
Pèr n’e-noa ket lohet, na distaget eur gér. Yannig a lavaras dezañ, lorc’h ennañ : «Te ’lavaro dezo am-eus greet va-unan !» Pèr a gendalhe da bara e zaoulagad warnañ, heb an disterra gér. Yannig ne gomprene ket... A-benn eur vunutenn hir e troas e benn da vad war-zu Pèr, hag e lavaras : «Gwir eo ’peus sikouret ahanon memestra !»
Evel-se ’m-eus klevet Yann an Du o konta d’ar vugale. Hag e lavare ouspenn : «Evid Doue eo eun tammig disheñvel ; n’ema ket dirazom, ’vel Pèr, med en on diabarz ema, hag e komz ouzom hag e ro nerz deom...» Sapre Yann ! Dond a rae brao ganta.

Petit memento sur le handicap à l'attention des personnes présumées valides

Il n’y a pas mieux que la parole et un regard bienveillant pour sortir quelqu’un de son bourbier ! Jean le Du racontait cette histoire, une histoire vraie, pour faire comprendre cela. Ce que je vais vous raconter s’est passé dans une maison d’handicapés physiques. C’était après le repas de midi, tout de suite après le repas. Yannig, un garçon de dix ans qui marchait à l’aide de béquilles, était sorti de la salle à manger un peu avant les autres, et allait d’un bout à l’autre du couloir extérieur. Il faut dire que ce couloir était comme un cloître qui donnait sur un jardin intérieur. Par les fenêtres on voyait le jardin. C’était en février, et Yannig, par la fenêtre, avait vu une fleur ouverte au milieu du jardin, une fleur de camélia rose, la première dans cet arbuste planté avant l’hiver. Le temps d’un coup d’oeil et il s’était décidé à aller la cueillir pour son amie Léna.
Personne autour pour l’aider à y aller. Il irait quand même ! Il ouvrit la porte, et en boitillant il alla par le sentier pas après pas jusqu’au milieu du jardin. Bien appuyé sur l’une de ses béquilles, il laissa l’autre par terre, et se pencha pour décrocher le rameau qui portait la fleur. Il y réussit, mais lorsqu’il se redressa la béquille glissa et il tomba sur son derrière, avec la fleur toujours dans sa main droite. Comment se relever maintenant ? Souvent, quand il chutait ainsi, il fallait que quelqu’un vienne l’aider à se remettre debout, droit dans ses bottes. Pierre, le jeune qui s’occupait de lui, lorsqu’il sortit de la salle à manger, vit aussitôt Yannig tombé au milieu du jardin. Il alla le trouver. Accroupi devant lui, il lui dit : «Yannig, lève-toi ! Tu en es capable !» Yannig chercha à se lever , mais ne réussit pas. Pierre était toujours devant lui, les yeux fixés sur lui, sans un mot. Yannig se mit comme en colère. Et alors, en s’appuyant sur ses coudes, il parvint peu à peu à lever son derrière et à se redresser : il était debout ! Avec un large sourire sur le visage.
Pierre n’avait pas bougé ni prononcé un mot. Yannig lui dit, tout fier : «Tu leur diras que je l’ai fait tout seul !» Pierre continuait à le fixer des yeux, sans le moindre mot. Yannig ne comprenait pas... Au bout d’une longue minute, il tourna la tête vers Pierre, et lui dit : «C’est vrai que tu m’as aidé quand même !»
J’ai entendu Jean Le Du le raconter ainsi aux enfants. Et il ajoutait : «Pour Dieu, c’est un peu différent ; il n’est pas devant nous, comme Pierre, mais à l’intérieur de nous, et il nous parle et nous donne de la force...» Sacré Jean ! Il savait raconter !

Job an Irien d'ar 28 a viz mae / le 28 mai.

30ed deiz-ha-bloaz Minihi 30ed deiz-ha-bloaz Minihi dsc03138 dsc03140 dsc03143 dsc03144 dsc03145 dsc03147 dsc03148 dsc03149 dsc03153 dsc03155 dsc03157 dsc03161 dsc03162 dsc03163 dsc03164 dsc03165 dsc03166 dsc03167 dsc03168 dsc03172 dsc03173 dsc03174 dsc03176 dsc03177 dsc03181
<< > || >>
Free business joomla templates