HomeEur gwall-daol / Un sale coup

Eur gwall-daol / Un sale coup

Ne oan nemed kounnar, eur gounnar diabarz ha ne c’helle ket tarza, med a zebre koulskoude va c’horv ha va spered. Petra ’oa c’hoarvezet ? Resevet am-boa er mintin-ze war va urziatêr eur galv a-berz Ministrerez-Diabarz ar Frañs, eur galv o tond euz Brigadenn ar Vinored. Spontet oan bet o lenn e oa tamallet din beza kaset da vugale poltriji ha videoiou ahanon va-unan e noaz. Eveljust n’am-eus morse bet eur poltred bennag ahanon e-noaz! Gouzoud a raen ne oa nemed fallagriez ha netra kén, hag em-eus kaset dioustu dre bostel ar gerig-mañ : «N’am-eus netra da weled gand an afer-ze. Perag tamall ahanon e-gaou d’eun dra euzuz hag heuguz evidon ?»
En devez warlerc’h, war va boest-mail am-eus resevet eur baperenn all a-berz renerez brigadenn gwarez ar vinored, o c’houlenn diganin dibab etre mond dirag ar justis pe paea eun tell-kastiz a 2750€. Va c’hounnar a zo deuet en-dro, gwasoc’h c’hoaz eged en devez araog, ha ne c’hellen ken padoud evel-se. Aet on da gaoud ar vaouez a labouran ganti evid studia an ilizou ha chapeliou, hag em-boa ezomm da weled ahendall evid on labour. P’he-deus gwelet va fenn eo bet spontet, hag he-deus goulennet diganin petra a rae din beza evel-se. Diskouezet am-eus dezi ar pez am-boa tennet war baper. War he urziatêr he-deus klasket dioustu «Brigadenn ar Vinored». Lehienn ar Vrigadenn a ree ano euz ar c’hwepad a oa Afrikaniz o klask ober d’ar mare end-eeun ma oa ano e Bro-Frañs euz renta-kont ar gomision a laboure diwar-benn saotraj bugale gand beleien. Ouspenn mil galvadenn o-doa bet dija, hag e oant beuzet dindan niver ar goulennou. «Roit da c’houzoud d’an ti archerien an tosta!» emezo. Ar pez am-eus graet, anad eo, hag an archer, o weled ar paperiou a oa ganin, ’neus lavaret din : «Sellit mad ouz chomlec’h an digaser-postel : n’eo ket european. Eur strollad torfetourien etrevroadel int. Bezit e peoc’h. Milierou a dud all o-deus resevet kement-se. Ha dreist-oll, na respontit ket da seurt traou !»
’N’eur zistrei d’ar gêr e oan siouloc’h. En em c’houlenn a raen memestra penaoz o-deus an torfetourien-ze gellet kaoud va chomlec’h-mail... ha penaoz o-deus kavet paperiou ofisiel... ha petra da ober evid gwarezi gwelloc’h va urziatêr... Ni, ar re goz, n’on-eus ket desket implij an urziatêr er skol : ne oa ket anezo c’hoaz ! Hag aliez eo om-unan-penn on-eus klasket en em denna gantañ. Hag om chomet eun tammig divalis. N’om ket techet da weled an droug e pep lec’h... Gand an taol-fall-se ’m-eus desket pegement a boan e c’hell ober beza tamallet e-gaou, ha gwasoc’h c’hoaz, diwar-benn torfejou a-eneb bugale ! Eur spont !

https://cdn-s-www.estrepublicain.fr/images/8E0B75FD-4608-4640-8D13-A85D2DC18388/MF_contenu/sur-internet-attention-a-ces-faux-commissaires-demandant-des-milliers-d-euros-pour-vous-dedouaner-1614447078.jpg

Je n’étais que colère, une colère intérieure qui ne pouvait pas éclater, mais qui dévorait pourtant mon corps et mon esprit. Qu’était-il arrivé ? J’avais reçu ce matin-là sur mon ordinateur une convocation du Ministère Intérieur de France, une convocation provenant de la Brigade des Mineurs. J’étais épouvanté en lisant que j’étais accusé d’avoir envoyé à des enfants des photos et des vidéos me montrant tout nu. Je n’ai évidemment jamais eu de photos de moi tout nu! Je sais que ce n’était que de la méchanceté, et rien d’autre, et j’ai aussitôt expédié un courriel avec ces mots : «Je n’ai rien à voir avec cette affaire. Pourquoi m’accuser à tort de quelque chose qui m’est horreur et dégoût ?»
Le lendemain, sur ma boîte-mail, j’ai reçu un autre papier de la part de la chef fe la Brigade de Protection des Mineurs, me demandant de choisir entre la procédure judiciaire ou payer une amende de 2750€. Ma colère est revenue, pire que la veille, et je ne pouvais pas rester comme cela. Je suis allé voir la femme avec qui je travaille à étudier les églises et chapelles, car j’avais besoin de la voir pour ce travail. Loorsqu’elle a vu ma tête, elle a été effarée. Elle m’a demandé ce qui me faisait être ainsi. Je lui ai montré ce que j’avais tiré sur papier. Elle a aussitôt cherché sur l’ordinateur «La Brigade des mineurs». Le site de la Brigade parlait de l’arnaque que des Africains cherchaient à réaliser au moment même où en France il était question du rapport de la commission qui travaillait sur les abus sexuels de prêtres sur des enfants. Ils avaient reçu déjà plus d’un millier d’appels, et ils étaient noyés sous le nombre des demandes. «Signalez à la gendarmerie la plus proche» disaient-ils. C’est bien sûr ce que j’ai fait, et le gendarme, à la vue des papiers que j’avais, de me dire : «Regardez-bien l’adresse mail de l’expéditeur : elle n’est pas européenne. Il s’agit d’une bande de malfaiteurs internationaux. Soyez en paix. Des milliers d’autres personnes ont reçu cela. Et surtout ne répondez pas à de telles affaires !»
En rentrant à la maison, j’étais plus calme. Je me demandais cependant comment ces malfrats ont pu se procurer mon adresse-mail... comment ils se sont procuré des papiers officiels... et que faire pour protéger mon ordinateur... Nous, les anciens, nous n’avons pas appris à utiliser l’ordinateur à l’école : il n’existait pas encore ! Et souvent c’est tout seuls que nous avons chercher à nous en servir... Et nous sommes demeurés un peu naïfs. Nous n’avons pas l’habitude de voir le mal partout... Ce sale coup m’a appris combien on pouvait souffrir d’être accusé à tort, et pire encore, de crimes contre les enfants ! Epouvantable !
Job an Irien d'ar 16 a viz here / le 16 octobre.

30ed deiz-ha-bloaz Minihi 30ed deiz-ha-bloaz Minihi dsc03138 dsc03140 dsc03143 dsc03144 dsc03145 dsc03147 dsc03148 dsc03149 dsc03153 dsc03155 dsc03157 dsc03161 dsc03162 dsc03163 dsc03164 dsc03165 dsc03166 dsc03167 dsc03168 dsc03172 dsc03173 dsc03174 dsc03176 dsc03177 dsc03181
<< > || >>
Free business joomla templates