Home

KELEIER / ACTUALITES

Eun istor hir / Une longue histoire

O weled pegen digristenneet e seblant beza or bed a-hirio, ez-eus tud hag a zo deuet da c’houlenn diganin klask displega dezo perag ha penaoz eo deuet ar poblou keltieg a Vreiz-Veur hag a Vreiz-Vihan, a Vro-Iwerzon hag a Vro-Skos, e kerz ar 6ved ha 7ved kantved dreist-oll, da veza kristenien. A gement ma ouezom e c’hellom lavared, gand Sean o-Duine, e oa d’ar mare-ze or poblou poblou an Douar hag ar mor, ha kement-se a rae dezo beza disheñvel diouz ar C’hresianed hag ar Romaned, a oa kentoc’h poblou ar c’hêriou. Sevenadur ar poblou-mañ ’neus gounezet da vad er c’hantvejou diweza, ha n’eo ket souezuz ez afe a-nebeudou da goll eur feiz diazezet war sevenadur poblou an douar.Med distroom d’ar pemped kantved e Bro-Iwerzon da skouer, gand sant Padrig. O komz ema gand merhed ar roue Laoghaire diwar-benn Doue ar gristenien. An diou verc’h a c’houlenn digantañ : «Ha bez ema er menez ? Ha bez’ ema er steriou, en traoniennou hag er mor...?» Padrig a intent eveljust ar pez a zo en o spered, rag evel-se eo ec’h intentont an doueed hag an douezed. Hag e lavar dezo : «Va Doue a zo er meneziou, en traoniennou hag er mor hag e pep lec’h... hag e-neus eur Mab heñvel outañ, hag a zo en em c’hreet den...hag e c’hellit komz gantañ. Ar Mab n’eo ket yaouankoc’h hag an Tad nag an Tad kosoc’h eged ar Mab, hag ar Spered Santel a c’hwez enno...» Setu ar pez a oa o zevenadur o klask : gelloud anaoud Doue ha komz gantañ. Ar re a roio d’e anaoud e gwirionez a vezo ar re a ouestlo dezañ o buhez penn da benn, ar venec’h. Ne vrezeliont ket, o zi a zo ti a beoc’h hag a zigemer, gounid a reont o buhez dre o labour, sikour a reont ar beorien ha beva laouen. O levenez hag o beoc’h a zo anad, rag gouzoud a reont emaint etre daouarn an hini a zo bet trec’h d’ar maro, hag a gar anezo. An niver braz a «Lannou» en or bro a lavar mad pegen braz eo bet o levezon, disklêriet evelhenn gand Nora Chadwick : «Brasa oberenn or sent eo bet lakaad ar gomz e plas ar c’hleze.»O weled pegement eo en em izelleet Doue o tond da veva e-giz den e touez an dud hag o c’houzañv ar maro zoken, e tiwan en or poblou er memez amzer eur zantimant braz a veuleudi evid ar bed hag eur gwir izelded a galon, ha kement-se a zo anad e skridou sant Padrig pa gont e vuez en e ‘Gofesion’ (Testeni). N’eus fin ebed dezañ da drugarekaad evid ar pez a zo c’hoarvezet gantañ. (Da veza kendalhet).En voyant combien notre monde aujourd’hui semble déchristianisé, des personnes sont venues me demander de chercher à leur expliquer pourquoi et comment les peuples celtes de Grande et Petite Bretagne, d’Irlande et d’Ecosse sont devenus chrétiens spécialement au cours des VIème et VIIème siècle. Pour autant que nous le sachions, nous pouvons dire, avec Sean o-Duine, que nos peuples étaient à l’époque des peuples de la terre et de la mer, ce qui les différenciait des Grecs et des Romains, qui étaient plutôt des peuples des cités. La civilisation de ceux-ci a réellement pris le dessus au cours des derniers siècles, et il n’est pas étonnant que se perde peu à peu une foi fondée sur une culture de peuples de la terre.Mais revenons au Vème siècle en Irlande par exemple, avec saint Patrick. Il s’entretient avec les filles du roi Laoghaire au sujet du Dieu des chrétiens. Les deux filles lui demandent : «Est-il dans les montagnes ? Est-il dans les rivières, dans les vallées et dans la mer...?» Saint Patrick sait bien à quoi elles font allusion, les dieux et déesses auxquels elles sont accoutumées. Et il leur dit : «Mon Dieu est dans les montagnes, dans les vallées et dans la mer, et en tout lieu... et il a un Fils qui lui est semblable, et qui s’est fait homme... et vous pouvez lui parler. Le Fils n’est pas plus jeune que le Père, ni le Père plus vieux que le Fils, et l’Esprit-Saint souffle en eux...» Voilà ce que leur culture recherchait : pouvoir connaître Dieu et lui parler. Ceux qui en réalité le feront connaître ce seront ceux qui lui consacreront leur vie : les moines. Ils ne font pas la guerre, leur maison est une maison de paix et d’accueil, ils gagnent leur vie par leur travail, ils aident les pauvres et vivent joyeux. Leur joie et leur paix sont évidentes, car ils savent qu’ils sont entre les mains de celui qui a vaincu la mort, et qui les aime. Le grand nombre de «Lann» (ermitages) chez nous dit bien combien a été grande leur influence, influence résumée ainsi par Nora Chadwick : «Le grand oeuvre des saints bretons est d’avoir remplacé l’épée par la parole !»En voyant combien Dieu s’est abaissé en venant vivre une vie d’homme parmi les hommes, et ce jusqu’à supporter même la mort, germera en nos peuples et dans le même temps un grand sentiment de louange pour le monde et une profonde humilité, et ceci est évident dans les écrits de saint Patrick lorsqu’il raconte sa vie dans sa ‘confession’ (témoignage). Il n’en finit pas de remercier pour ce qui lui est arrivé. (A suivre)Job an Irien d'ar 26 a viz du / le 26 novembre

Klaskit ar wirionez / Cherchez la vérité

   «Klaskit ar wirionez ma fell deoc’h beza prest ’vel eun tamm douar mad da zigemer an had !» An diskan-se, ‘vid eur c’hantik kanet gand bugale diwar-benn parabolenn an had, am-eus skrivet ouspenn tregont vloaz ’zo, ha d’ar poent-se ne zonjen ket e vefe red deom eun deiz klask ar wirionez e-touez ar pez a vez kontet deom. Gwir eo n’e-noa ket ar bed gouzañvet c’hoaz ar mestr da liva gevier, Donald Trump. Kement e-neus falset ar wirionez, beteg nac’h ar pez a zo anad koulskoude, da skwer ar cheñchamant hin hag a ra e reuz da vad en e vro, m’e-neus hadet douetañs evid pep tra. Soñj on-eus oll euz an doare m’e-neus kaset e dud da sailla war ar C’hapitol gand nerz e falsentez. Siwaz n’eo ket an diskibien a vank dezañ, ha da genta Jaïr Bolsonaro, ha na ped ha ped rener all, hag en deveziou-mañ Loukachenko er Belarus, a implij repuidi evid taga Europa hag he drougtunia gand ar gaz... Pa zeu an douetañs d’en em zila e pep lec’h, penaoz kaoud fiziañs c’hoaz ? War betra pe war biou fizioud ? Klaskit ar wirionez...   Lavaret e vez o-deus on tadou bevet e-pad kantvejou gand aon euz an ifern, ha kement-se eo a lake anezo da zenti ouz an Iliz. Gwir pe get, kement-se ne vire ket ouz kalz anezo da veva eur feiz gwirion ha da gonta war madelez an Aotrou Doue. An aon wirion a zo dirazom hirio, ha na c’hell ket kén beza kuzet, eo an hini a zeu euz ar cheñchamant hin : e reuz a ra dija e meur a lec’h. Gouzoud a reom ive tamm pe damm penaoz tala ouz ar gwall-daoliou a zo da zond, ma kemerom an hent mad hirio. Ar re yaouank o-deus komprenet mad ema o buez da zond etre daouarn ar vistri a-hirio, ha ne fell ket dezo e kouezfe an oll zrougou warno : felloud a ra dezo beva ! Na lakom ket eun ivern nevez, digoret dezañ an nor gand on tadou ha ganeom-ni ive abaoe an 19ved kantved, da goueza war o chouk ’vel ma ne vefe ket anezañ. Diwezad eo dija evid toulla eun hent nevez, med red eo hen ober, ha kement-se a zell ouz pep hini, rag pep hini a zo gouest da ober eun dra bennag war an dachenn-ze. Kredom da vad e bolontez beva ar re yaouank ha ganto kemerom eun hent a wirionez.ALLER CHERCHER LA VERITE

   « cherchez la vérité si vous voulez être prêts comme un peu de bonne terre à accueillir le grain ! « Ce refrain; je l’ai écrit il y a plus de trente ans pour un cantique chanté par des enfants au sujet de la parabole de la semence, et à l’époque je n’imaginais pas qu’il nous faudrait un jour chercher la vérité parmi tout ce qui nous est raconté. Il est vrai que le monde n’avait pas encore eu à subir le maître du mensonge, Donald Trump. Il a tellement faussé la vérité, jusqu’à nier ce qui est pourtant évident, par exemple le changement climatique qui sévit fortement dans son pays, qu’il a semé le doute pour tout. Nous nous souvenons tous de la manière dont il a amené ses gens à l’assaut du Capitole par la force de sa fausseté. Malheureusement ce ne sont pas les disciples qui lui manquent à commencer par JaÏr Bolsonaro et combien d’autre dirigeants, et ces jours-ci Loukachenko en Biélarussie, qui utilise des réfugiés pour attaquer l’Europe et la faire chanter par le gaz... Quand le doute s’insinue en tout lieu, comment avoir encore confiance ? A quoi ou à qui se fier ? Cherchez la vérité...

   On dit que nos pères ont vécu pendant des siècles sous la peur de l’enfer, et que c’est cela qui les amenait à obéir à l’Eglise. Vrai ou faux, cela n’empêchait pas beaucoup d’entre eux de vivre une vraie foi et de compter sur la bonté de Dieu. La peur réelle qui est devant nous aujourd’hui, et qui ne peut plus être cachée, est celle qui provient du changement de climat ; il accomplit déjà ses ravages en bien des endroits. Nous savons aussi plus ou moins comment affronter les catastrophes à venir, si nous prenons les bons chemins aujourd’hui. Les jeunes ont bien compris que leur vie à venir se trouve entre les mains des dirigeants d’aujourd’hui, et ils ne veulent pas que tous les maux retombent sur eux : ils veulent vivre ! Ne faisons pas retomber sur leurs épaules un nouvel enfer, dont les portes ont été ouvertes par nos pères et par nous-mêmes depuis le XIXème siècle... comme s’il n’avait pas existé. Il est déjà bien tard pour ouvrir un nouveau chemin, mais il faut le faire, et cela regarde chacun, car chacun en ce domaine est capable de faire quelque chose. Croyons réellement en la volonté de vivre des jeunes et avec eux prenons un chemin de vérité.

Job an Irien d'ar 19 a viz du / le 19 novembre.

An Niverenn (176) MINIHI LEVENEZ numéro (176) de la revue MINIHI LEVENEZ

 

An Niverenn (176) MINIHI LEVENEZ numéro (176) de la revue MINIHI LEVENEZ:

Ilizou ha chapeliou Gorre-Leon EGLISES ET CHAPELLES DU HAUT-LEON

MESSAGE SUBLIMINAL DU BRETON

Koumanant bloaz (Bep eil miz) Abonnement annuel à la revue "MINIHI LEVENEZ": 50€

KLIKIT AMAÑ / CLIQUEZ ICI :

M'ho peus c'hoant kaout leoriou pe bladennou / Bon de commande. 

30ed deiz-ha-bloaz Minihi 30ed deiz-ha-bloaz Minihi dsc03138 dsc03140 dsc03143 dsc03144 dsc03145 dsc03147 dsc03148 dsc03149 dsc03153 dsc03155 dsc03157 dsc03161 dsc03162 dsc03163 dsc03164 dsc03165 dsc03166 dsc03167 dsc03168 dsc03172 dsc03173 dsc03174 dsc03176 dsc03177 dsc03181
<< > || >>
Free business joomla templates