Home

KELEIER / ACTUALITES

‘ Mond da zutal brulu’ war ar Menez Are ? Un arrêt pour souffler sur les Monts d’Arrée.

En deiz all, sonjet ganin chom a-sav, hanter-hent euz a Gemper da Vontroulez. Savet war Menez-Mikêl, din da weled an traou. An amzer a ioa brao kenan, ha va gwel a bake pell, beteg koajou Ar Fouillez zoken. Tamm buez ebed avad en dro din, rouz divalo ar brug, e-gistal devet : Kerne baour ! N’oa nemed lenn Brenniliz o kinnig eun tachad glaz.

En dro d’ar japel eno, eun dousenn bennag a dud oh avelia o ‘fenn. Unan all aze o kempenn lasou eul lien, hag o hortoz ma teufe poent mad dezan d’en em deuler ahano d’an traon, displeget brao ma vije neuze e houel, ha dibradet gand an avel, evitan plijadur da nijal didrouz.

Dor-dal japelig ioa digor-braz. Plega ran va ‘fenn ha dioustu on souezet o weled pegen kempenn eo dalhet an diabarz. Sonj mad am-oa beza bet gweled anezi noaz ha louz, med paz hirio avad. Eun deg bennag a groaziou bihan a zo ledet war ar ‘mên-aoter’. Teir pe beder delwenn euz ar Werhez Vari, bokedou fleur fresk en-dro dezo, a zo e kement toull euz ar mogeriou. En o zouesk, tammou paper skrivet anoiou warno : goulenn a bare evid unan klanv pe eur bedenn da rei chans da amourouzed.

Penaons kompren an dra-ze toud, pa vezer asidu o lavared ez eo aet treut ar feiz gristen er vro-man ? Koulskoude, meur a hini a zao war an dorgenn-man, evid kinnig o ‘foaniou d’eur ‘spered’ bennag. Boujiennou o tevi a ro da houzoud emaint o-paouez paseal. Digoret o-deus o halonnou evid goulenn gras da genderhel gand o hent. Nijal a ra o ‘fedennou henvel awalh ouz ma reio bremaïg an hini a zo aze er-maez, o hortoz kaoud lans gand an avel, da zisplega brao eskell e (b)parapente.

Gweled a ran ive, a-fas d’an nor, eur groaz wenn, feson ar re ‘zo kizellet e Bro-Iwerzon, bet diskaret pell ’zo a daoliou morzol, ha chomet nemeti ar peul, ha breman bet livet brehiou dezi war ar voger. Roet e-se da zonjal e hellfe dond adarre en he ‘fez. Aman deom ar gentel vrasa : taoliou distruj bet roet d’ar groaz a zo anad mad atao, med eun tamm liou pentur war ar voger a ziskouez eman barreg da zougenn poaniou ar bed, gand eun tamm fizians mad da heu.

La traversée des Monts d'Arrée - lartisan

NB : L’expression ‘Kea da zutal brulu’ (va souffler dans des digitales) est, dans le Léon, une manière d’inviter un importun à s’envoler dans les Monts d’Arrée.

Un jour, m’arrêtant à mi-chemin entre Quimper et Morlaix, je me décide à gravir la Montagne Saint-Michel, pour le panorama. Beau temps ; mon regard porte jusqu’aux forêts de La Feuillée. Autour de moi, peu de vie dans l’aspect desséché, quasi brûlé, de la bruyère : pauvre Cornouaille ! Le lac de Brennilis, seul, m’offre une touche bleue.

Autour de la chapelle, une douzaine de personnes prennent l’air. Une autre prépare les suspentes d’une voile et attend le moment favorable pour s’élancer vers le bas, son aile se déployant alors, le vent le soulevant, et lui donnant le plaisir de voler en silence.

La porte principale de la chapelle est ouverte. Je plie la tête en entrant et me trouve étonné de voir combien l’intérieur est bien tenu. J’avais le souvenir d’un lieu nu et sale, mais pas aujourd’hui. Sur une sorte d’autel en pierre, une dizaine de croix. Dans les niches des murs, trois ou quatre statues de la Vierge ornées de fleurs fraîches. Parmi tout cela, des petits papiers avec des prénoms : telle demande de guérison ; telle autre souhait pour des amoureux.

Il reste à comprendre ce foisonnement de prières quand on sait la faiblesse de la foi chrétienne en ce pays. Il faut pourtant noter qu’il y a des gens à monter jusqu’ici pour offrir leurs peines à un ‘esprit’ : des cierges allumés montrent qu’ils viennent justement d’y passer. Ils ont ouvert leur cœur pour demander force et répit, et continuer leur chemin de vie. Leurs prières s’envolent de ce lieu, comme le fera tout à l’heure celui-là qui, dehors, attend l’élan du vent pour déployer l’aile de son parapente. (Les ailes de saint Michel ?)

Face à la porte, je ne manque pas de remarquer une croix blanche, de style irlandais. Elle a été détruite à coups de marteau, et il n’en est resté que la colonne inférieure ; mais voici qu’elle est complétée, car des bras lui ont été peints sur le mur. Est ainsi indiqué le mouvement qui la restaure. Ici se donne la leçon chrétienne : les mauvais coups donnés à la croix subsistent, mais une esquisse de peinture sur le mur prolonge son pouvoir de porter les peines du monde avec, en plus, une belle perspective d’avenir.

Dominique THEPAUT /Ebrel 2022 / avril 2022

 Burzudou ha gwalleuriou / Merveilles et malheurs

        Gwelet am-eus digwener diweza eun abadenn ’lec’h ma komze Patrick Chauvet, person iliz-veur Pariz, diwar-benn an tan-gwall e-neus greet kement a zroug d’an iliz-veur. Hag e lavare : «Pa ‘z-om antreet en iliz-veur, eur wech lazet da vad an tan, ar jeneral ha me on-eus gwelet daou dra en o zav : ar groaz ha Gwerhez ar pilier... Burzuduz e oa evidon. Nebeud warlerc’h on-eus divizet kenderhel gand lidou an iliz-veur e iliz Sant-Jermen. Evid kement-se e oa red deom kas ganeom di Imaj ar Werhez. O weled ahanom o kemer anezi, labourerien an iliz-veur hag ar bomperien o-deus miret ouzom d’he c’has ganeom en eur lavared : « hi eo he-deus or gwarezet, or mamm eo!» hag on-eus ranket ober eun eil-skeudenn evito. Ar pez a zo bet ar souezusa evidom marteze eo an 340.000 a dud, en or bed a leverer koulskoude digristenneet,  hag o-deus profet arhant evid kempenn an iliz-veur...        Er mintin-mañ e lennan e niverenn miz mae ar gelaouenn «Etudes» eur studiadenn diwar-benn «ar pez a fell e gwirionez da Poutin.» Poueza a ra war unanded poblou ar Rused hag an Ukreniz. «Kiev a zo mamm ar c’hêriou Rus» ha Rused hag Ukreniz o-deus asamblez digemeret ar feiz ortodoks. Komz a reont ar memez yez hag etre an 9ved hag an 13ved kantved e reent  perz euz ar memez Stad, priñselez Rus’ Kiev. Klask a ra rei da ankounac’haad eun istor tostoc’hhini eur bobl hag he-deus klasket beza emrén e 1917, e 1991 hag hirio c’hoaz. Poueza a ra war an «talvoudegeziou hengounel» a zo re an Iliz ortodoks a-eneb bed ar C’hornog, gwelet giz gwan ha laosk peogwir e tigemer an eured-gay... «nerziou an droug hag o-deus atao stourmet a-eneb unanded ar Rus’ hag an Iliz Rus» (Ar patriarch Kirill d’ar 27 a viz c’hwevrer 2022). Vladimir Poutin, e vinistr an aferiou diavêz Sergueï Lavrov  hag ar Patriarch Kirill a damall d’an Amerikaned beza en em emmellet da zikour kroui eun iliz ortodoks dizalc’h euz Moskou ha stag ouz Konstantinopl e 2019. D’an 3 a viz meurz ar Patriarch Kirill a c’houlenne pedi evid ar peoc’hha stourm eneb mennadou ar poblou estren a en em zav eneb ar Rusia Santel.        Sellou disheñvel war or bed a-hirio, sellou a gas d’ar brezel pe d’eun adsao ? El lec’h ma ’z-eus doujañs, trugarez  ha karantez e vezer atao tostoc’h ouz ar wirionez, hag houmañ hepkén a gas d’ar frankiz!
La cathédrale Sainte Sophie de Kiev - Ukraine
        J’ai vu vendredi dernier une émission où Mgr Patrick Chauvet, recteur de Notre-Dame de Paris, parlait de l’incendie qui a fait tant de dégats à la cathédrale. Il disait : «Quand nous sommes entrés à la cathédrale, une fois le feu bien éteint,  le général et moi, nous avons vu deux objets à leur place : la Croix et la Vierge du pilier... C’était miracle pour moi. Peu après nous avons décidé de continuer les offices de la cathédrale à St-Germain l’Auxerrois. Pour le faire, il nous fallait emporter avec nous la statue de la Vierge. Nous voyant la prendre, les ouvriers de la cathédrale et les pompiers nous ont empêchés de l’emporter en disant : «C’est elle qui nous a protégés, c’est notre mère !» et nous avons dû en faire une copie pour eux. Ce qui a été peut-être le plus étonnant pour nous ce sont les 340.000 personnes qui, dans notre monde que l’on dit pourtant déchristianisé, ont offert de l’argent pour réparer la cathédrale...        Ce matin, je lis dans le numéro de mai de la revue Etudes, un article intitulé «Que veut Vladimir Poutine ?» Il insiste sur l’unité des peuples Russes et Ukréniens. «Kiev est la mère des villes russes.» et Russes et Ukréniens ont ensemble accueillis la foi orthodoxe. Ils parlent la même langue, et entre le IXème et le XIIIème siècle, ils faisaient partie du même Etat, la Principauté de la Rus’ de Kiev. Il cherche à faire oublier une histoire plus récente, celle d’un peuple qui a cherché à être indépendant en 1917, en 1991 et aujourd’hui encore. Il insiste sur «les valeurs traditionnelles» qui sont celles de l’Eglise orthodoxe contre le monde occidental considéré comme faible et lâche puisqu’il accueille le mariage-gay... «forces du mal qui ont toujours lutté contre l’unité de la Rus’ et l’Eglise russe» (Patriarche Kirill le 27 février 2022). Vladimir Poutine, son ministre des Affaires Etrangères Sergueï Lavrov et le Patriarche Kirill accusent les Américains d’ingérence dans la création d’une église orthodoxe ukrainienne indépendante de Moscou et rattachée à Constantinople en 2019. Le 3 mars 2022 le Patriarche Kirill demandait de prier pour la paix et de lutter contre les desseins de peuples étrangers qui se dressent contre la Sainte Russie.        Regards différents sur le monde d’aujourd’hui, regards qui mènent à la guerre ou à une résurrection ? Là où il y a respect, miséricorde et amour, on est toujours plus proche de la vérité, et celle-ci seule conduit à la liberté !

Job An Irien evid ar 6 a viz mae, pour le 6 mai.

An Niverenn (178) MINIHI LEVENEZ numéro (178) de la revue MINIHI LEVENEZ:

 

Pennadou 2021

Chroniques 2021

Job An Irien

 

Koumanant bloaz (Bep eil miz) Abonnement annuel à la revue "MINIHI LEVENEZ": 50€

KLIKIT AMAÑ / CLIQUEZ ICI :

M'ho peus c'hoant kaout leoriou pe bladennou / Bon de commande

30ed deiz-ha-bloaz Minihi 30ed deiz-ha-bloaz Minihi dsc03138 dsc03140 dsc03143 dsc03144 dsc03145 dsc03147 dsc03148 dsc03149 dsc03153 dsc03155 dsc03157 dsc03161 dsc03162 dsc03163 dsc03164 dsc03165 dsc03166 dsc03167 dsc03168 dsc03172 dsc03173 dsc03174 dsc03176 dsc03177 dsc03181
<< > || >>
Free business joomla templates